Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/10/2014

CNI : LE PEROU

Perou39.jpg

Données générales

Site de l’ambassade de France au Pérou

Source des données chiffrées : Ambassade de France au Pérou, Ministère de l’Economie, des Finances et du Commerce extérieur, PNUD, revue The Economist, FMI, Banque mondiale.

Perou.gifNom officiel : République du Pérou
Chef d’État : M. Ollanta Humala Tasso (juin 2011)

Données géographiques

Superficie : 1 285 220 km²
Population : 29,9 millions (30 % de moins de 15 ans ; 6 % de plus de 65 ans)
Capitale : Lima (8,2 millions d’habitants)
Villes principales : Piura (1,7 millions), La Libertad (1,6), Cajamarca (1,4), Puno (1,3), Cusco (1,2)
Langue officielle : espagnol. Le quechua, l’aymara et les langues amazoniennes sont également pratiqués.
Monnaie : Nouveau Sol péruvien (PEN) [1 € = 3,79 PEN taux de chancellerie au 4/4/2014]
Fête nationale : 28 juillet (indépendance, le 28 juillet 1821)

Données démographiques

pérou,idéntitéTaux de croissance démographique : 1,6 % par an
Espérance de vie : 71 ans ; mortalité infantile : 3 %
Taux d’alphabétisation : 91 % (hommes), 80 % (femmes)
Religion (s) : catholiques (88 %), évangéliques (8 à 10 %).
Indice de développement humain (Classement ONU) : 0,788 (79e rang sur 179)
Coefficient de GINI : 0,49

Données économiques

PIB 2013 : 206 Mds$
PIB brut par habitant : 7000 $
Taux de croissance (2013) : 5,3% (+6,8% en moyenne annuelle entre 2006 et 2013)
Taux de chômage : 7,7% (mais emploi informel important)
Taux d’inflation : 2,65%
Solde budgétaire : 1,8%
Dette publique : 19% du PIB
Balance commerciale : + 4,5 Mds $
IDE : 12,2 MdUSD

Principaux clients : Chine (17%), États-Unis (13,3%), Suisse (11,2%)
Principaux fournisseurs : États-Unis (18,7%), Chine (18,4%), Brésil (6,1%)

Exportations de la France vers le Pérou (2013) : 205 M€ (235 M€ en 2012)
Importations françaises du Pérou (2012) : 305 M€ (343 M€ en 2012)

Site du Service Economique de Lima : http://www.tresor.economie.gouv.fr/…

Consulat de France : section consulaire de l’ambassade de France à Lima, consulats honoraires à Arequipa, Cuzco et Piura.
Communauté française au Pérou : 4100 inscrits (84 % à Lima).
Communauté péruvienne en France : estimée à 10 000 personnes

Politique intérieure

Institutions

  • Régime présidentiel (Constitution de 1993).
  • Pouvoir exécutif : Le président de la République est élu au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans. Il ne peut pas constitutionnellement prétendre à un deuxième mandat consécutif. Le Président nomme les membres du gouvernement.
  • Pouvoir législatif : Congrès monocaméral de 130 membres élus pour 5 ans au scrutin de liste à la proportionnelle. Le Congrès ne peut être dissout par le président de la République qu’une seule fois par mandat présidentiel.
  • Pouvoir judiciaire : Cour suprême (un président et 18 juges).
  • Prochaines élections : élections générales (présidentielles et législatives) en 2016.

Partis politiques

  • Grande alliance nationaliste (Gana Perú) – gauche : Parti nationaliste péruvien (PNP) de M. Ollanta Humala, Parti communiste du Pérou, Parti socialiste et Parti socialiste révolutionnaire ;
  • Force sociale – gauche réformiste : parti de la maire de Lima (Susana Villaran)
  • Alliance Perú posible – centre : Perú posible (PP) de M. Alejandro Toledo et partis Action populaire et Somos Perú ;
  • Parti Apriste péruvien (APRA : Alliance populaire révolutionnaire américaine) – centre droit : parti de M. Alan García
  • Alliance pour le grand changement – centre droit : Parti populaire chrétien (PPC), Restauration nationale (églises évangéliques), Parti humaniste et Alliance pour le progrès ;
  • Alliance Solidarité nationale – droite : Solidarité nationale (SN) de M. Luis Castañeda, Union pour le Pérou, Toujours unis, Tous pour le Pérou et Changement 90.
  • Force 2011 : droite populaire / parti fujimoriste (APF), mené par Mme Keiko Fujimori (fille de l’ex-chef d’Etat).

Situation politique

Les élections générales du 10 avril 2011 ont mobilisé près de 84 % des électeurs péruviens, appelés à voter en même temps pour le premier tour des élections présidentielles le renouvellement du Congrès et pour leurs représentants nationaux au Parlement andin (le vote est obligatoire au Pérou).

À l’issue d’une campagne très disputée, les résultats des élections législatives ont donné 47 sièges à l’alliance nationaliste « Gana Pérou » conduite par le candidat de la gauche, Ollanta Humala, devant le parti de Keiko Fujimori (Fuerza 2011 : 38 sièges) et celui d’Alejandro Toledo (Perú posible, 21 sièges). Ils marquaient également l’effondrement des partis traditionnels, le plus ancien d’entre eux (1924), l’APRA (Alianza Popular Revolucionaria Americana), parti du Président sortant Alan García, n’obtenant que 4 sièges, alors qu’au centre-droit, l’« Alliance pour un grand changement » (Alianza por el Gran Cambio) et l’« Alliance solidarité nationale » (Alianza Solidaridad Nacional, centre-droit) obtenaient respectivement 12 et 8 sièges.

Le 5 juin 2011, Ollanta Humala remportait de justesse le deuxième tour de l’élection présidentielle, avec 51,5 % des voix, face à Keiko Fujimori, fille de l’ancien chef d’État Alberto Fujimori, actuellement en prison. L’appui massif des zones rurales a été déterminant pour la victoire de M. Humala, qui avait largement orienté sa campagne sur un programme de réformes des institutions et de l’administration, de lutte contre la pauvreté et d’un renforcement du rôle de l’État dans l’économie et les investissements.

19/10/2014

Elections a Cuba: comment ça marche ?

cuba-elecciones-press1.jpgLe 3 février 2013, les Cubains ont élu 612 représentants au parlement ainsi que 1270 représentants dans les conseils provinciaux. Tijs et Marc, deux participants du voyage d’ICS de juillet 2012, ont écrit un article sur le système électoral cubain.

Cuba ressemble à certains égards à notre démocratie: ainsi, il y a un parlement national, des conseils provinciaux et communaux et toutes les cinq années, il y a des élections. Mais il y a également quelques différences importantes.

L’Etat à zéro partis

Tout d’abord le rôle et la fonction d’un parti politique. Le parti communiste est l’épine dorsale de la révolution mais n’a en soi rien à voir avec les élections. Tout un chacun, qu’il soit membre ou non du parti, peut être candidat aux élections communales, même ceux qui ont des opinions dissidentes.

Le parti communiste ne présente aucun candidat et la loi stipule qu’il ne peut pas se mêler dans les affaires électorales. C’est la population du district électoral local qui présente et confirme ou non les candidatures. ‘Le principe que toute la population présente et élit des candidats nous met à la tête des pays démocratiques du monde.’ C’est ainsi que les listes sont constituées. Le vote même est secret, comme chez nous. Au moment des élections, Cuba est en d’autres termes un Etat à zéro partis.

Poursuivre l’unité
Un deuxième aspect important est la volonté d’atteindre l’unité et le consensus. ‘Je crois que la forme organisationnelle de la politique doit être axée sur l’unité, si possible.’ i  Au lieu de travailler avec un système majorité-opposition, on cherche une base aussi large que possible pour toutes les décisions.

Lorsqu’il s’agit de mesures importantes, les discussions pour atteindre ce consensus peuvent parfois durer un an. Et si ça ne marche pas, la mesure n’est pas adoptée. Ainsi, dans les années nonante, la proposition du gouvernement pour introduire un système d’impôt sur le revenu a été rayée à la suite d’une large consultation de la population.ii
Le fait de poursuivre le consensus implique que les opinions divergentes risquent d’être sous pression. C’est un danger réel, qui doit toutefois être mis dans le contexte de l’obsession de Washington d’en finir avec la révolution. Ignatius de Loyala l’a déjà dit: ‘Dans une citadelle assaillie, toute dissidence égale trahison’. iii

Des représentants issus du peuple, élus par et pour le peuple

Un troisième aspect est le lien très fort entre les élus et la population locale. Les districts électoraux consistent au maximum de deux mille électeurs.  L’élu est donc quelqu’un de tout près, dans la plupart des cas connu et directement abordable. Cela favorise l’implication directe dans le processus politique.

Les politiciens ne forment pas non plus une catégorie professionnelle à part. ‘Dans notre révolution, il n’existe pas de métier de politicien, parce que nous sommes tous des politiciens : du petit pionnier [élève cubain, ndlr] jusqu’à la personne âgée.iv  Un élu n’est pas payé pour son travail politique. Il continue à exercer son métier et en sera dispensé temporairement, si nécessaire.

Un politicien cubain ne peut donc pas se construire une position de pouvoir et il ne bénéficie pas non plus de privilèges. Une critique importante de Fidel sur la démocratie occidentale est le constat que la politique socio-économique est avant tout déterminée par les grandes entreprises, sans tenir compte des besoins de la population. Le gouvernement est en réalité le ‘gouvernement de l’oligarchie, par l’oligarchie et pour l’oligarchie’.v

Une réelle participation des citoyens

Un quatrième aspect est l’implication importante des citoyens. Les Cubains qui sont électeur sont impliqués dans la constitution des listes pour les élections communales. Cela se fait directement et localement. La constitution des listes des conseils provinciaux et du parlement national se fait dans des commissions électorales.
Celles-ci sont composées de plusieurs dizaines de milliers de représentants de différents mouvements sociaux: syndicat, organisations paysannes, association des femmes, organisations d’étudiants, comités de quartier, etc. Le syndicat préside ces commissions. Une large consultation populaire précède à la constitution des listes. Ce processus peut durer plusieurs mois.

Un million et demi de Cubains sont impliqués dans la préparation. Les élections provinciales et nationales même concluent ce processus intensif de consultation et demandent au peuple d’entériner le travail effectué. Les élections ne constituent d’ailleurs qu’un seul élément de la participation populaire. Au sein des organisations sociales, des conseils et du parti communiste, la population est consultée de manière permanente. A Cuba, il n’y a ‘pas de démocratie représentative’, c’est une démocratie ‘qui vit à travers la participation directe de sa population et ses problèmes sociaux’. vi

Pas de campagnes médiatiques

Un cinquième aspect est le rôle des médias et de la publicité. Chez nous, ils jouent souvent un rôle crucial. Le candidat qui est fort présent dans la publicité, qui a de bons liens avec les médias, qui présente bien à la télé ou, mieux encore, qui possède lui-même des parties importantes des médias (comme Berlusconi), a beaucoup plus de chances d’être élu.

A Cuba, la propagande des candidats se limite à une photo accompagnée d’un curriculum vitae. Les candidats peuvent prendre la parole à l’assemblée publique du district électoral local. Les campagnes personnelles ne sont pas autorisées.  Les représentants ne sont donc pas nécessairement des CC (Cubains connus).

Rendre des comptes devant le peuple

Une autre différence par rapport à notre système est la possibilité de destituer les élus: ‘ils n’exercent pas leur mandat sans le contrôle de leurs concitoyens’. vii Tous les six mois, la réunion de district peut leur demander des comptes et, le cas échéant, les démettre de leur fonction. Ce n’est pas qu’une théorie, cela se passe régulièrement.
Aussi, les listes de candidats au parlement sont constituées de telle manière que tous les secteurs de la société sont représentés: étudiants, ouvriers, paysans, scientifiques, infirmiers, médecins, sportifs, journalistes, artistes, intellectuels, militaires. Quelque trente pour cent des parlementaires n’est pas membre du parti communiste. Dans les conseils communaux, il s’agit de plus de la moitié. Le vote n’est pas obligatoire, mais la participation est très élevée, avec une moyenne de plus de 95%.

La démocratie directe à la Cubaine

Fidel est le dernier à prétendre que la démocratie cubaine est ‘parfaite’, mais pour lui, c’est le système le ‘plus adéquat’ dans les circonstances données du pays, et il a en tout cas ‘prouvé son efficacité’.viii  Mais surtout, il peut compter sur une large base, ‘si la révolution n’avait plus la majorité de la population, elle n’aurait pas pu tenir’. ix
Plusieurs sondages indépendants organisés en 1994 et en 1995, au moment le plus pénible de la crise économique, ont démontré que plus des trois quarts des Cubains s’identifient avec le système politique et que cinq pour cent seulement souhaite un autre système politique.x  Le Pentagone a dû constater pendant la même période qu’une grande majorité des Cubains continuaient à soutenir la direction révolutionnaire.

Pour Fidel, l’ultime critère est l’armement de la population. Dans le cadre d’une éventuelle agression militaire des USA, deux millions de Cubains ont accès à des armes.

Lorsque la défense est l’affaire du peuple entier et que les armes sont le privilège de toute la population, alors là on peut parler de démocratie. Que penser des unités spéciales de la police et des armées qui servent à mater le peuple lorsqu’il ne se soumet pas aux abus et aux injustices du système bourgeois, que ce soit dans les pays capitalistes du Tiers Monde ou dans un pays capitaliste développé.xi

Que se passerait-il en Europe même, si l’on y armait les ouvriers et les étudiants et si on armait les secteurs qui sont tout le temps confrontés à la répression lorsqu’ils demandent quelque chose, lorsqu’ils revendiquent quelque chose, lorsqu’ils se mobilisent pour quelque chose?xii

Notes

i  Borge T., op. cit., p. 113.

ii Vandepitte M., De gok van Fidel, p. 79-80.
iii Cité in Ramonet I., op. cit., p. 21.
iv Discurso, 2 décembre 1976.
v  Discurso, 24 décembre 1977.
vi Discurso, 26 juillet 1959.
vii Ibid.
viii Borge T., op. cit., p. 120 en 125.
ixBetto F., op. cit., p. 336.
x Dans la première enquête, 80% se déclare d’accord avec la forme de gouvernement. Machado D., ‘La Coyuntura Sociopolítica’ in Crítica de Nuestro Tiempo octobre-décembre 1995, 6-28, p. 25-27. Cette enquête est confirmée par un sondage de Gallup publié en 1994, où 76% des personnes interrogées se déclaraient contentes de leur vie quotidienne et 3% seulement indiquaient les questions politiques comme problème principal du pays. Chomsky N., Responsabilités des intellectuels, Marseille 1998, p. 147. Un dissident très connu comme Elizardo Sánchez admet qu’à cette époque, 80% de l’électorat soutient le régime. Lambie G., ‘Cuban Local Governement: Democracy through Participation or Political control?’ ECPR Conference Workshop, Bern 27 février - 4 mars 1997.
xi Discurso, 4 janvier 1989.
xii Borge T., op. cit., p. 127.

vert.: Hilde Meesters

09:58 Publié dans AL-Pays : Cuba, Politique, Société | Tags : cuba, élections | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

15/10/2014

CNI : CUBA

cuba,identité

Données générales

cubaechap.jpgNom officiel : République de Cuba
Nature du régime : régime socialiste à parti unique
Chef de l’Etat : Raúl Castro, Président du Conseil d’Etat et du Conseil des ministres, Premier secrétaire du Parti communiste cubain (PCC).

Données géographiques

Superficie : 110 922 km²
Capitale : La Havane (2 130 000 hab.)
Villes principales : Santiago de Cuba, Holguín, Camagüey
Langue officielle : espagnol
Monnaies : Peso cubain et peso convertible (parité fixe par rapport au dollar. Taux de change officiel : 24 CUP (Peso non-convertible) = 1CUC (Peso convertible) = 1,00 US$ = 0,74 €.
Fête nationale : 1er janvier (anniversaire de la révolution de 1959).

Données démographiques

Cuba, identitéPopulation : 11,25 millions d’habitants.
Densité : 101 h/km²
Croissance démographique : désormais négative, à -0,1 ‰. Cette décroissance s’accompagne d’un vieillissement préoccupant de la population.
Espérance de vie : 77,9 ans
Taux d’alphabétisation : 99,8 %
Religion (s) : catholique (10 % de la population se déclare croyante, 3 % pratiquante), santeria
Indice de développement humain (classement PNUD 2012) : 0,78, soit le 59e rang sur 187 pays.

Données économiques

PIB (2012) : 71 69,2 Mds US$
PIB par habitant : 6 288 US$.
Taux de croissance : +3 % en 2013, +3,1 % en 2012
Taux de chômage (2012) : 3,8 %
Taux d’inflation (2012) : 6 %.

Solde budgétaire : - 3,6 % du PIB (2012).
Balance commerciale : + 3,3 Mds US$ (2011) ; Importations = 9,7 Mds US$, Exportations= 13,3 Mds US$

Principaux clients : Canada, Chine, Venezuela, Brésil, Espagne
Principaux fournisseurs : Venezuela, Chine, Espagne, États-Unis, Canada, Italie, Brésil, Allemagne

Exportations de la France vers Cuba (2012) : 220 M€ (202,6 M€ en 2011), principalement de produits agricoles et alimentaires (70 %).
Importations françaises depuis Cuba (2012) : 42,2 M€ (21,3 M€ en 2011)

Site de la Mission économique à La Havane : http://www.tresor.economie.gouv.fr/…

Consulat de France : section consulaire de l’Ambassade de France à La Havane.
Communauté française à Cuba : 563 enregistrés au 31 décembre 2013.
Communauté cubaine en France : 2 800 personnes environ.

Politique intérieure

Raúl CASTRO a entamé le 24 février 2013 un second mandat de cinq ans à la tête des conseils d’Etat et des ministres de la République de Cuba. Plusieurs réformes politiques ont été mises en œuvre, notamment la simplification des conditions de sortie du territoire des citoyens cubains (et de leur retour). L’opposition n’est pas reconnue dans un système de parti unique, mais quelques secteurs de la société civile (Eglise catholique, blogueurs) parviennent à faire entendre leur voix.

Les élections des délégués aux assemblées communales et provinciales ont culminé avec celle des 612 députés à l’Assemblée nationale du pouvoir populaire (ANPP) le 3 février 2013. Fidel, Raúl et sa fille Mariela CASTRO, militante de la cause LGBT, ont été élus. À la présidence de l’Assemblée nationale du pouvoir populaire accède l’ancien n°2, M. Esteban Lazo, qui succède à Ricardo Alarcón, qui ne se représentait pas. Miguel Díaz-Canel, ancien ministre de l’Enseignement supérieur, a été promu au poste de Premier Vice-président, c’est-à-dire n°2 du régime.

Situation économique

L’année 2008 a ouvert une période difficile pour le pays, après la « période spéciale » des années 1990. Cuba a été frappé par trois ouragans dévastateurs (Gustav, Ike, Paloma) qui ont provoqué des pertes estimées à 10 Mds de US$. La crise financière internationale s’est fait sentir avec la chute des cours du nickel et la baisse des recettes du secteur touristique. Très dépendant de ses importations dans les domaines énergétique et alimentaire, le pays fait face à de graves difficultés de solvabilité et de liquidités. Des prêts consentis par la Chine, le Brésil et le Vénézuéla ont permis une reprise en 2010, avec un taux de croissance du PIB en augmentation : 1,4 % en 2009, un peu moins de 3 % pour 2013.

Les principaux investisseurs étrangers (Espagne, Canada, Vénézuéla, Italie, France, Brésil), opèrent à Cuba conjointement avec des entreprises d’Etat. Dans le cas du Vénézuéla, il s’agit d’investissements stratégiques dans le domaine de l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures et des mines. La Chine, avec un projet d’industrie pétrochimique de 6,5 Mds US$ et une aide financière substantielle, devient un partenaire très important.

13/10/2014

CNI : BOLIVIE

BOLIVIE.jpg

Données générales

drapeau bolivien.JPGNom officiel : État plurinational de Bolivie (depuis mars 2009)
Nature du régime : démocratie
Chef de l’État : M. Evo MORALES AYMA

Données géographiques

Superficie : 1 098 580 km²
Capitale(s) : La Paz (3 640 m. d’altitude ; 850 000 habitants, 1,8 M. avec El Alto) : capitale administrative (siège des pouvoirs exécutif et législatif) ; Sucre (285 000 habitants) : capitale constitutionnelle
Villes principales : Santa Cruz (1,6 M.), capitale économique ; El Alto (950 000), Cochabamba (620 000), Oruro (215 000), Tarija (195 000), Potosí (150 000).
Langues officielles : espagnol + 36 langues indiennes (art. 5 de la Constitution)
Monnaie : le boliviano 1 € = 9,42 BOL au 27.01.14
Fête nationale : 6 août (déclaration d’Indépendance, en 1825)

Données démographiques - 2012

carte-bolivie.gifPopulation : 10,02 M. hab.
Densité : 9,1 hab./km²
Croissance démographique : 1,71%
Espérance de vie : 67 ans
Mortalité infantile : 39,3/1000
Taux d’alphabétisation : 94,9%
Religions : catholicisme (95 %), églises protestantes
Indice de développement humain 2011 (PNUD) : 108e (développement humain moyen)

Données économiques

PIB : 27 Mds USD
PIB/hab. : 2 625 USD

Taux de croissance (2013) : 6,5 %
Taux de pauvreté : 48 % (< 4 USD par jour, Banque mondiale)
Taux d’extrême pauvreté (2011) : 21 %
Taux d’inflation (2013) : 4,8 %
Dette publique : 5,6 Mds USD

Exportations : 11,6 Mds USD
Importations : 8,2 Mds USD

Principaux clients : Brésil (31%), Argentine (17%), États-Unis (15%), Pérou (5%)
Principaux fournisseurs : Brésil (18%), Argentine (13%), Chine (13%), États-Unis (11%)

Stock français d’IDE (2011) : 500 M USD
Exportations françaises vers la Bolivie : 27 M€ (22e rang)
Importations françaises depuis la Bolivie : 84,6 M€ (24e rang)
Solde commercial bilatéral : 57 M€
En 2012, la Bolivie était notre 149ème client et notre 102ème fournisseur.

Consulat(s) de France : section consulaire de l’Ambassade à La Paz ; consulats honoraires à Cochabamba, Santa Cruz, Sucre et Tarija.
Communauté française en Bolivie (2013) : 1 356 immatriculés ; environ 30 000 touristes français/an, soit le plus grand contingent de touristes européens dans le pays.

Politique intérieure

Institutions

Longtemps connue pour son instabilité politique (160 coups d’État depuis l’indépendance en 1825), la Bolivie ne connaît véritablement la démocratie que depuis 1982.

Constitution
La nouvelle Constitution a été approuvée par référendum au mois de janvier 2009.

Pouvoir exécutif
Le président est élu pour cinq ans au suffrage universel direct, dès le premier tour s’il obtient 40 % des suffrages et 10 % d’avance sur son principal concurrent. Il forme le Gouvernement et ne peut être réélu consécutivement qu’une seule fois.

Pouvoir législatif
La Chambre des députés est composée de 130 membres, élus pour cinq ans ; une moitié est élue au scrutin majoritaire, l’autre à la proportionnelle. Sept députés sont élus dans le cadre de circonscriptions indigènes. Le Sénat compte 36 membres, élus pour cinq ans sur une base départementale (chacun des 9 départements élit 4 sénateurs).

Justice
L’Autorité judiciaire a été réformée en 2010. Sa plus haute instance est le Tribunal Suprême de Justice, dont les neuf juges sont élus au suffrage universel direct dans des circonscriptions régionales, après présélection des candidats par le Parlement. Le Tribunal constitutionnel est composé de sept magistrats élus au suffrage universel direct dans une circonscription nationale unique. La première élection des hauts magistrats a eu lieu en octobre 2011.

Principaux groupements et partis politiques

MAS (Movimiento Al Socialismo)
Parti du président Morales. Créé en 1997, il fédère différents mouvements sociaux et syndicaux. Il est aujourd’hui la première force politique du pays avec plus de deux tiers des sièges au Parlement (26 sur 36 au Sénat ; 88 sur 130 à l’Assemblée). Le MAS est à la tête de sept départements sur neuf, et de trois des dix principales villes du pays (El Alto, Cochabamba, Potosi).

PPB-CN (Convergencia Nacional)
Parti d’opposition (droite conservatrice) apparu sur la scène politique en 2008 pour porter la candidature présidentielle de Manfred Reyes (ex préfet de Cochabamba, aujourd’hui en exil aux États-Unis). CN a fédéré des tendances diverses et rassemblé un quart des suffrages aux élections législatives de décembre 2009. Le parti compte aujourd’hui moins d’un tiers des parlementaires (37 députés et 10 sénateurs).

MSM (Movimiento Sin Miedo)
Fondé en 2009, tendance centre-gauche, cet ancien allié du MAS a choisi de s’émanciper et s’est présenté seul aux élections locales d’avril 2010. Il rejette non pas le « processus de changement » lancé par Evo Morales, mais les méthodes utilisées. Le MSM détient depuis 2004 la mairie de La Paz, où se concentre son électorat. Son chef, Juan del Granado, s’est déclaré officiellement candidat à l’élection présidentielle de 2014.

UN (Unidad Nacional)
Créé en 2004 par Samuel Doria Medina (ancien militant de gauche devenu un homme d’affaires prospère), il rassemble diverses forces de centre-droit. Après avoir été la 3e force législative du pays, il n’a plus que trois députés.

MDS (Movimiento Democrata Social)
Fondé le 15 décembre 2013 à Cochabamba, est un groupement d’organisation régionales, issues principalement de la droite autonomiste. Il est dirigé par Ruben Costas, gouverneur de l’Etat de Santa Cruz, qui est la deuxième personnalité de l’opposition à se déclarer officiellement candidat à la présidentielle de 2014.

Évolution politique

Elu en décembre 2005, Evo Morales a lancé une « révolution pacifique, démocratique et culturelle », visant à réduire les injustices sociales, communautaires et géographiques par l’introduction de politiques sociales et la réhabilitation des cultures traditionnelles.

Une nouvelle Constitution garantissant notamment de nouveaux droits (officialisation de seize régions, reconnaissance de la justice traditionnelle, régularisation des élections y compris des juges, nationalisation des ressources naturelles stratégiques,…) a été adoptée par référendum, en janvier 2009, avec 61% des voix.

Le premier mandat d’Evo Morales a cependant été marqué par divers épisodes de contestation, notamment dans les départements de l’Est (media-luna), les plus rétifs au changement. Ce qui n’a pas empêché Evo Morales d’être brillamment réélu le 6 décembre 2009 dès le premier tour avec près de 63 % des suffrages, face à une opposition fragmentée (l’ancien préfet de la région de Cochabamba, Manfred Reyes est arrivé en 2e position avec 27 % des voix).

Le MAS remportait le même jour les deux tiers des sièges au Congrès. En outre, 7 des 9 gouverneurs élus appartiennent au MAS (seuls les gouverneurs de Santa Cruz et du Beni sont dans l’opposition). Le gouvernement dispose donc d’une solide assise politique, même s’il pâtit d’une administration mal formée, insuffisamment structurée et souvent corrompue.

Le Président Morales s’est fixé un « Agenda Patriotique » pour 2025 (bicentenaire de l’Indépendance) comportant 13 objectifs, dont les grands axes sont l’éradication de l’extrême pauvreté, l’accès à la santé et à l’éducation, la - souveraineté - scientifique, technologique financière, énergétique, environnementale, et l’accès à la mer. Cette conjonction de réalisme, non dénué d’idéologie, et d’idéalisme traduit assez fidèlement l’état d’esprit des autorités. Pour atteindre ces objectifs, le Président entend donner la priorité à trois domaines d’ici à la fin de son mandat (octobre 2014) : l’industrialisation des hydrocarbures, la mise en œuvre des autonomies (départementales et municipales) et la souveraineté alimentaire.

Depuis l’été 2010, plusieurs catégories professionnelles manifestent leur insatisfaction. En avril 2011, des mouvements de grèves ont paralysé plusieurs villes du pays, contraignant le gouvernement à accepter une augmentation salariale de 10% en faveur des enseignants, de la police, de l’armée et des personnels de santé, et une hausse de 6,5 % des pensions de retraite.

En août 2011, plusieurs centaines d’indigènes d’Amazonie ont entrepris une marche de 600 km vers la Paz, pour contraindre les autorités à abandonner un projet de construction de route devant traverser une zone écologiquement sensible (parc naturel du Tipnis). Ce conflit a donné lieu à une forte répression policière. De nouvelles grèves ont éclaté en 2012, toujours dans les mêmes secteurs (mines, médecine, transport, police…) ainsi qu’au printemps 2013.

Néanmoins, l’opposition (environ 30% des voix) ne parvient pas à tirer bénéfice de la situation. M. Juan del Granado, ancien maire de La Paz et fondateur du MSM peine à s’imposer. Le fondateur d’Union Nationale (libéral), M. Samuel Doria Medina, est quant à lui davantage un grand patron d’opposition qu’un patron de l’opposition. Enfin, l’opposition régionaliste est éparse.

bolivie,identitée,chiffresLe Président Morales a été autorisé en avril 2013, par le Tribunal constitutionnel à se porter candidat à un nouveau mandat. Le 12 octobre il est triomphalement réélu jusqu'en 2020 avec plus de 60 % des suffrages. Son parti le MAS obtient le même jour 24 sièges de sénateurs sur 36, et 80 députés sur 130.

Situation économique

Le Président Morales a fait le choix dès 2006 du nationalisme : étatisation des hydrocarbures et du secteur de l’électricité, retrait en 2007 du Centre International pour le Règlement des Différends relatifs aux Investissements (CIRDI), renégociation des accords bilatéraux de protection des investissements. Cette dynamique n’a pas favorisé la confiance des investisseurs.

Il demeure que, les indicateurs macro-économiques sont satisfaisants et la gestion du pays a reçu les encouragements du FMI. Le taux de croissance a été de 5% en 2012 et de 6,5% pour 2013. Le pays détient les 2e réserves de gaz du sous-continent, derrière le Venezuela, les premières réserves de lithium du monde (35%), d’importantes ressources minières (fer, cuivre, étain…).

La Bolivie profite depuis plusieurs années du cours favorable des matières premières (les exportations du pays (11,6 MUSD en 2012) sont constituées à plus de 80% d’hydrocarbures et de minerais). Le solde budgétaire est positif et le solde de la balance commerciale a atteint 3,4 M USD en 2012. Les réserves de change ont explosé depuis quelques années (13 Mds USD en 2012 soit près de la moitié du PIB).