Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/12/2014

Le blocus contre Cuba, l’autre mur à abattre

cubaya.jpg

La normalisation des relations entre Washington et La Havane a été saluée. La première puissance n’a plus d’autre choix que de lever 
les sanctions économiques qu’elle a décrétées de manière unilatérale en 1962. Sauf à s’isoler davantage sur la scène internationale.

cubaramon_antonio_gerardo.jpgLes cubains sont dans la rue et applaudissent à la libération de Gerardo Hernandez, Ramon Labañino et Antonio Guerrero. ces agents cubains qui étaient prisonniers aux États-Unis depuis 1998 faisaient partie des « Cinq de Miami ».

Les deux autres, René Gonzalez et Fernando Gonzalez, avaient déjà été relâchés.

“Volveran”, avait promis Fidel Castro. Mardi, c’est l’actuel président cubain, Raul Castro, qui a annoncé le « volvieron » tant attendu.

Seize années durant, le retour des cinq agents antiterroristes cubains injustement emprisonnés aux États-Unis s’est imposé comme une exigence du respect du droit. Ils sont enfin revenus.

À Cuba, le 17 décembre n’est pas une journée de fête nationale, mais c’est désormais tout comme, pour ainsi dire.

Les Cubains sont descendus dans les rues avec des drapeaux, comme souvent lors de leurs manifestations, symbole par excellence de leur souveraineté, pour célébrer la libération de Ramon, Antonio, Gerardo, les trois manquants des « Cinq de Miami », comme on les appelle communément.

Des héros aux yeux de leurs compatriotes. Les scènes de joie ont précédé des instants de grave silence. Rarement un pays avait été autant suspendu au discours de leur président, mais également à celui du président du pays voisin, les États-Unis qui, depuis cinquante- trois ans, ont fait de l’ingérence et des coups tordus contre La Havane une posture inébranlable.

Le plaisir de voir de nouveau les « Cinq » réunis au pays s’est confondu avec les déclarations officielles de Raul Castro et de Barack Obama annonçant enfin le rétablissement des relations diplomatiques entre les deux pays. Le dialogue l’a finalement emporté sur la déraison d’une guerre anachronique.  

Nous sommes tous des Américains, a déclaré Barack Obama, reprenant ainsi à son compte le « Je suis un Berlinois » prononcé par Kennedy du temps de la guerre froide. Dans son allocution de mardi, le président des États-Unis n’a pas eu d’autre choix que d’admettre l’échec de la stratégie de la Maison-Blanche à l’encontre de Cuba.

La normalisation des relations entre La Havane et Washington vient enfin mettre un terme à une anomalie historique. À de rares exceptions près – des cercles anti-castristes de Miami aux opposants à Cuba en passant par les républicains ou encore certains spécialistes et personnalités qui ont fait de « l’anti-Cuba » leur fonds de commerce –, le retour au dialogue a été vivement salué de par le monde.

Le Vatican a été l’un des premiers États à se réjouir de cette décision, le pape François la qualifiant « d’historique ». La diplomatie ecclésiastique aura été l’une des chevilles ouvrières du rapprochement entre les deux pays et des discussions qui se sont déroulées dans le plus grand secret au Canada depuis le printemps 2013.

Les nations d’Afrique ou encore la Chine et le Vietnam, partenaires de Cuba, se sont joints au concert de satisfaction. « La guerre froide doit être terminée une fois pour toutes », a déclaré le président français François Hollande.

Une « rectification historique » 
de l’administration américaine

Les félicitations les plus appuyées sont bien sûr venues d’Amérique latine. « Je crois que c’est un moment qui marque un changement dans la civilisation, qui montre qu’il est possible de rétablir des relations interrompues depuis de nombreuses années », a estimé la présidente du Brésil, Dilma Rousseff, à l’occasion du sommet du Mercosur en Argentine.

 

Son homologue du pays hôte, Cristina Kirchner, « combattante de la justice sociale » qui n’aurait jamais cru voir cela de son vivant, selon sa formule, a salué « le peuple cubain et son gouvernement pour avoir initié un processus avec une absolue dignité et sur un pied d’égalité » avec les États-Unis. Le président du Venezuela, Nicolas Maduro, a, quant à lui, relevé « la rectification historique » de l’administration américaine, insistant sur « le geste du président Barack Obama, un geste courageux et nécessaire dans l’Histoire ». « Il s’agit peut-être de l’initiative la plus importante de sa présidence », a-t-il souligné alors que les relations entre leurs pays sont des plus tendues. C’est un « espoir pour la paix », a soutenu le chef de l’État colombien, le conservateur Juan Manuel Santos.

Depuis de nombreuses années, les présidents d’Amérique latine n’ont eu de cesse de réclamer la fin des hostilités, Cuba étant à leurs yeux le symbole d’un pays libre et indépendant face aux pressions impérialistes. Ces quinze dernières années, avec l’avènement de gouvernements de gauche dans le sud continent, le rapport de forces s’est même inversé.

Pour l’avocate et écrivaine états-unienne, Eva Golinger, « l’union de l’Amérique latine a joué un rôle énorme » en faveur de la normalisation de la situation. Selon elle, la « vision d’intégration dans la région » et « l’isolement de la politique et la domination historique des États-Unis » ont pesé dans la décision de Washington.

Barack Obama avait-il le choix ?

Pas un sommet continental ne s’est dernièrement déroulé sans un rappel à l’ordre concernant la mise à l’index de Cuba des rencontres officielles, à commencer par les réunions de l’Organisation des États américains (OEA) dont Cuba a été exclu en 1962. Cette mise au ban décrétée de manière unilatérale par le bureau Ovale, et bien d’autres encore, ont conduit les nations de l’hémisphère Sud à fonder des institutions alternatives telles que la Communauté des États américains et de la Caraïbe ou encore l’Union des Nations sud-américaines dont sont exclus les États-Unis.

Ces derniers se sont retrouvés isolés sur le plan diplomatique. Un boycott politique du prochain sommet de l’OEA qui aura lieu l’an prochain au Panama n’est pas écarté si Cuba n’est pas invitée à y participer.

Si la restauration des relations diplomatiques est un bouleversement des rapports dans la région et à une échelle internationale, elle ne met pas un terme au conflit tant que les sanctions économiques et financières à l’encontre de Cuba ne seront pas levées. « Nous espérons voir davantage que les initiatives annoncées, que le blocus contre Cuba soit définitivement levé et que les relations soient normalisées pour le bien de l’ensemble de la région », a demandé le ministre chilien des Affaires étrangères, Heraldo Munoz.

Sur ce terrain également, les États-Unis se sont marginalisés. Lors de la dernière Assemblée générale des Nations unies en octobre, seul Israël a voté avec eux en faveur du maintien du blocus. Dans son discours, Barack Obama a fait état de plusieurs mesures telles qu’un assouplissement des restrictions de voyages imposées aux Cubains vivant aux États-Unis.

La diaspora pourra dorénavant envoyer jusqu’à 2 000 dollars par trimestre à leurs familles contre 500 actuellement. Les voyageurs états-uniens seront désormais autorisés à utiliser leurs cartes de crédit à Cuba. Des institutions américaines pourront même ouvrir des comptes dans des organismes financiers cubains.

>>> Lire : Il y a cinquante ans, les États-Unis décrétaient le blocus de Cuba

D’aucuns considèrent que ces mesures constitueront un appel d’air pour la fragile économie cubaine. Mais très en deçà des cent treize milliards de dollars dont a été privée la Grande Île depuis que les États-Unis ont décrété l’embargo en 1962. « Dans les années 1960-1970-1980, (ils) ont évoqué l’intervention cubaine en Afrique pour aider les pays comme l’Angola et la Namibie à obtenir leur indépendance, pour justifier leur hostilité vis-à-vis de Cuba », a rappelé au micro de France Info, l’enseignant et spécialiste de Cuba, Salim Lamrani.

Interventions pourtant décisives pour endiguer le régime d’apartheid en Afrique du Sud. « Depuis 1991 et l’effondrement de l’Union soviétique alors que les États-Unis auraient dû normaliser leurs relations avec Cuba, ça n’a pas été le cas », poursuit-il en insistant sur le fait que Washington a même renforcé le blocus avec les lois Helms and Burton ou encore Toricelli qui sanctionne également les pays qui ont des relations commerciales avec la Grande Île.

Il faut maintenir la pression 
pour lever le blocus

« Le blocus n’est pas seulement un embargo des produits américains sur Cuba, il a un caractère planétaire. Toute entreprise, quelle que soit son implantation dans le monde, qui a plus de 10 % de technologie américaine se voit interdite de commercer avec Cuba.

Cela touche un nombre important d’entreprises françaises. Le rachat de la branche énergie d’Alstom par General Electric va contraindre l’entreprise à se retirer de Cuba. Cela aura des incidences à hauteur de 30 % pour l’énergie cubaine. Les banques non plus ne peuvent s’installer à Cuba sauf à être frappées de fortes amendes comme ce fut le cas pour BNP-Paribas.

C’est ubuesque », dénonce André Chassaigne, président du groupe d’amitié France-Cuba de l’Assemblée nationale. Pour le député communiste, « la priorité des priorités est la levée du blocus qui asphyxie l’économie cubaine et qui a des conséquences terribles y compris pour le peuple. Les conditions politiques sont réunies.

Pour la vingt-troisième année consécutive, l’Assemblée générale des Nations unies s’est prononcée en faveur de la levée du blocus. La déclaration de Barack Obama va dans ce sens même si cela sera très compliqué au sein du Congrès américain. Il faut maintenir la pression, et continuer d’interpeller le gouvernement français pour qu’il agisse en faveur de la levée du blocus ». La « première » puissance mondiale est au pied du mur, celui-là même qu’elle a érigé et consolidé. Il lui faudra abattre cet avatar pour être en phase avec les avancées inédites de ces dernières heures.

Cathy Ceïbe, l'Humanité

18/12/2014

Raul Castro confirme le rétablissement des relations diplomatiques avec les Etats-Unis

castroraul.jpg

Le président cubain Raul Castro a annoncé mercredi que, avec son homologue américain Barack Obama, ils s'étaient "mis d'accord sur le rétablissement des relations diplomatiques" entre les deux pays, interrompues depuis plus d'un demi-siècle. Toutefois, "cela ne veut pas dire que le (problème) principal, l'embargo économique, ait été résolu", a-t-il ajouté dans une allocution diffusée par les médias d'Etat.

De son côté, le président Barack Obama a annoncé avoir demandé au secrétaire d'Etat John Kerry d'engager des discussions avec Cuba sur une normalisation des relations diplomatiques, qui ont été rompues en janvier 1961. Il a ajouté qu'il allait évoquer avec les membres du Congrès américain la levée de l'embargo en vigueur contre l'île. Dans une allocution télévisée, le président américain a reconnu que la politique "rigide" menée par Washington à l'égard de Cuba ces dernières décennies avait eu peu d'impact. "Je pense que nous pouvons aider davantage les Cubains" en discutant avec le gouvernement de La Havane, a estimé Obama

Les Etats-Unis et Cuba, séparés seulement par les 150 km du détroit de Floride, n'ont plus de relations diplomatiques officielles depuis 1961. L'embargo américain maintenu depuis 1962 étrangle l’île, malgré les condamnations, chaque année, à une écrasante majorité aux Nations unies. L’an passé, sur les 193 États qui composent l’Assemblée, 188 ont voté en faveur de la levée du blocus.

Chiffres en main, les autorités cubaines ont expliqué à l’occasion des 50 ans du blocus que l’embargo unilatéral des Etats-Unis avait coûté à l’île 751 milliards de dollars, et touché tous les aspects de la vie quotidienne, toutes les catégories de la population, essentiellement les plus vulnérables : enfants, personnes âgées… Washington ne permet pas même la vente de médicaments à Cuba, alors que la convention de Genève interdit cet embargo sur les médicaments…

Les déclarations récentes de Cuba et des Etats-Unis en vue de coopérer pour combattre le virus Ebola montraient un vrai changement d’attitude. Changement d'attitude sensible également chez la population puisque tous les derniers sondages montrent que les Américains étaient en majorité favorables à la levée d' elmbargo.

cuba5.jpgLes 3 derniers des 5 de Miami rentrent au pays. La nouvelle a fait le tour de l’île où ces hommes sont célébrés comme des héros de la lutte anti-impérialiste et anti-terroriste. Le 12 septembre 1988, Gerardo Hernandez, Ramon Labañino, Fernando Gonzalez, René Gonzalez et Antonio Guerrero étaient arrêtés en Floride, aux États-Unis, puis injustement condamnés à des peines de prison allant de quinze ans à deux fois la perpétuité plus quinze ans.

Ces agents de l’État cubain avaient pour tâche d’infiltrer les groupes d’extrême droite paramilitaires anticastristes afin d’empêcher qu’ils ne commettent des actes terroristes contre Cuba.

Article publié par l'Humanité

09:58 Publié dans Actualités, AL-Pays : Cuba, Amérique Latine, Politique | Tags : cuba, usa, relations | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

09/12/2014

Quand Cuba se battait pour l’Angola

cubaangola.jpg

Avec sa nouvelle enquête (1) « magistrale et érudite », selon les mots de Noam Chomsky, l’universitaire italo-américain Piero Gleijeses met à nu la responsabilité américaine dans la poursuite du conflit en Afrique australe après l’indépendance de l’Angola (11 novembre 1975).

Les failles de la Central Intelligence Agency (CIA) illustrent les contradictions internes aux administrations américaines, où le département d’Etat fait parfois figure d’élément modéré. Déjà auteur d’une étude riche de révélations sur l’histoire de Cuba en Afrique (2), Gleijeses s’intéresse également aux divergences tactiques entre alliés. Plus interventionniste, Cuba prend le risque de subir des représailles américaines, tandis que l’Union soviétique demeure tiraillée entre son désir de détente avec les Etats-Unis et ses engagements sur le front africain.

Rappelons les faits. En août 1975, les troupes sud-africaines occupent le sud de l’Angola, toujours province portugaise. En novembre de la même année, l’indépendance est proclamée ; les troupes sud-africaines se retirent, mais soutiennent les rebelles de l’Union nationale pour l’indépendance totale de l’Angola (Unita). Des soldats cubains viennent aider le Mouvement populaire de libération de l’Angola (MPLA) à se maintenir au pouvoir. Le Zaïre soutient quant à lui le Front de libération nationale de l’Angola (FLNA). La guerre civile fait rage.

L’administration du président Gerald Ford et son stratège Henry Kissinger avaient, dès 1974, tout mis en œuvre pour marginaliser le MPLA. Après l’élection de M. James Carter en novembre 1976, le Congrès américain adopte un amendement interdisant toute aide aux mouvements rebelles en Angola. Néanmoins, influencé par le conseiller Zbigniew Brzezinski, M. Carter se montre aussi obsédé que son prédécesseur par la présence cubaine, et refuse de reconnaître le gouvernement angolais.

Avec le président Ronald Reagan (1981-1989), qui a fait du soutien inconditionnel à l’Unita un enjeu de politique intérieure, les Sud-Africains ont les mains libres. Ne se contentant pas d’un soutien logistique, Pretoria lance une série d’opérations militaires culminant, en 1987, dans ce que l’officiel Concise History de l’armée sud-africaine définit à l’époque comme « la plus grande opération jamais menée par les forces terrestres et l’aviation sud-africaines depuis la seconde guerre mondiale ».

La bataille de Cuito Cuanavale, dans le sud-est de l’Angola (janvier 1988), est le point culminant de treize années d’agressions sud-africaines contre la plus riche des anciennes colonies portugaises. Conscient de jouer son destin en Angola, Pretoria choisit l’escalade. Et M.Fidel Castro relève le défi. En accord avec les dirigeants angolais, il décide l’envoi de troupes supplémentaires et convainc le dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev de livrer des armements plus sophistiqués. En août 1988, l’Afrique du Sud se retire et accepte le plan des Nations unies pour l’indépendance de la Namibie. Cuba peut alors rapatrier ses troupes. Nelson Mandela considère l’échec sud-africain comme « le tournant dans la libération du continent du fléau de l’apartheid ». Les noms des soldats cubains morts en Angola figurent aujourd’hui avec ceux de tous les héros de l’histoire sud-africaine sur le mur du souvenir du Freedom Park, à Pretoria.

L’histoire de la colonisation en Afrique est scandée par d’autres guerres, celles qui ne disaient pas leur nom et se contentaient de tout subordonner à la quête de profit. En 1903, une campagne internationale lancée par un journaliste britannique, Edmund Morel, dénonce comme criminelles les conditions de travail dans les exploitations de caoutchouc dans l’Etat indépendant du Congo, futur Congo belge. Pierre Savorgnan de Brazza est envoyé enquêter au Congo français, dont il avait été commissaire général de 1886 à 1897. Le rapport Brazza, rédigé en 1907, accable l’administration, jugée inefficace, dominée par des intérêts privés et couvrant des abus « intolérables et massifs ». On doit à l’historienne Catherine Coquery-Vidrovitch l’exhumation de ce texte oublié, qui fut jugé trop compromettant pour être publié (3).

Augusta Conchiglia

Journaliste Le Monde Diplomatique
 
(1) Piero Gleijeses, Vision of Freedom : Havana, Washington, Pretoria, and the Struggle for Southern Africa, 1976-1991, The University of North Carolina Press, Chapel Hill, 2013, 655 pages, 32 dollars.

(2) Piero Gleijeses, Conflicting Missions : Havana, Washington and Africa, 1959-1976, The University of North Carolina Press, 2002.

(3) Le Rapport Brazza. Mission d’enquête du Congo : rapport et documents (1905-1907), préface de Catherine Coquery-Vidrovitch, Le Passager clandestin, Neuvy-en-Champagne, 2014, 305 pages, 19 euros.

11:04 Publié dans AL-Pays : Cuba, Histoire, Livre, Politique | Tags : cuba, angola, histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

30/11/2014

URUGUAY : CNI

uruguay-gaucho-680x414.jpg

Données générales

Nom officiel : République orientale de l’Uruguay
Président de la République : M. José MUJICA

Site internet de l’Ambassade de France en Uruguay

Données géographiques

 

uruguaycarte.gifSuperficie : 176 065 km2
Capitale : Montevideo (1,34 million d’habitants)
Villes principales : Canelones (485 000 hab.), Maldonado (140 000 hab.), Salto (123 000 hab.), Colonia (119 000 hab.) et Paysandu (113 000hab.)
Langue officielle : espagnol
Monnaie : peso uruguayen (1 euro = 31,4 UYU au mois de juin 2014)
Fête nationale : 25 août (déclaration d’indépendance : 25 août 1825)

Données démographiques

Population : 3,31 M
Croissance démographique (2010) : + 0,24%
Espérance de vie : 76,4 ans
Taux d’alphabétisation : 98 %
Religion (s) : catholiques 66% ; protestants 2% ; juifs 1% ; autres et non-pratiquants 33% (Etat laïc depuis 1918).

Données économiques

PIB (2013) : 57,1 Mds USD
PIB annuel par habitant (2013) : 16 000 USD

Taux de croissance (2013) : 4,4 %
Taux de chômage (2013) : 6,6 %
Taux d’inflation (2013) : 8,6 %

Indice de Gini : 0,449
Rapport dette / PIB (2011) : 53%
Flux global d’IDE (2012) : 2,2 Mds USD

Part de l’investissement dans le PIB (2012) : 22,1%
Principaux clients et fournisseurs : Chine ; Brésil ; Argentine ; UE ; Etats-Unis ; Russie

Exportations françaises en Uruguay (2013) : 207 M€
Importations françaises (2013) : 61 M€

Solde commercial français (2013) : 146 M€
Stock français d’IDE (2013) : 197 M€

Consulat (s) de France : section consulaire à l’Ambassade ; un consul honoraire à Punta Del Este et un autre à Paysandú.
Communauté française : 2911 inscrits au Registre (au 01/02/2014).

uruguaydrapeau.jpgPolitique intérieure

Institutions

  • Constitution : La première Constitution date de 1830. La Constitution actuellement en vigueur a été adoptée le 27 novembre 1966, inspirée de celle des États-Unis. Elle a été modifiée à plusieurs reprises (1989, 1994, 1997 et 2004).
  • Pouvoir exécutif : Le Président est élu pour cinq ans, lors d’un scrutin direct majoritaire à deux tours. Il nomme les membres du gouvernement. Il n’est pas autorisé à se présenter consécutivement pour un deuxième mandat.
  • Pouvoir législatif : Le Congrès comporte deux chambres, dont chacune est élue tous les cinq ans lors d’un scrutin proportionnel à un seul tour. La Chambre des députés compte 99 membres et le Sénat 30 (plus le vice-président de la République).
  • Système judiciaire : La Cour suprême de justice coiffe l’ensemble du système judiciaire. Ses cinq membres sont élus par le Parlement. Il n’y a pas de ministre de la justice.

Principales forces politiques

  • Frente Amplio (FA) : Coalition actuellement au pouvoir. Créée en 1971, elle regroupe aujourd’hui 21 partis allant du centre-gauche à l’extrême-gauche, dont les plus importants sont le Mouvement de Participation Populaire du Président José Mujica, l’Assemblée Uruguay et le Parti Socialiste.
  • Parti National (PN) : Fondé en 1836, le parti « blanco » est la deuxième force du pays dirig é par Luis Alberto Heber (parti du Sénateur Jorge Larañaga) avec deux courants principaux : l’Alliance Nationale et l’Herrerisme.
  • Parti Colorado (PC) : Aussi ancien que le PN (1836) et troisième force politique, il est dirigé par Pedro Bordaberry (secrétaire général pour la période 2009-2014), dirigeant du courant Vamos Uruguay. Parmi les autres courants, le Foro Batllista (dominé par l’ex-secrétaire général et ex-président de la République Julio Maria Sanguinetti, 1985-1990 et 1995-2000) et Lista 15 (emmené par l’ex-président Jorge Battle, 2000-2005) paraissent en perte d’influence.
  • Parti indépendant (PI) : petit parti de centre-gauche, dirigé par M. Pablo Mieres (2,49% des suffrages à l’élection présidentielle de 2009).

Situation politique interieure

uruguay,identitéTabaré Vazquez candidat du Frente Amplio, cancérologue de 74 ans, a été réélu le 30 Novembre 2014 à la tête de l'Uruguay avec 56,6% des suffrages pour succéder au Président Mujica.

Face à lui se présentait un candidat du Parti national (centre-droit), Luis Lacalle Pou, 41 ans, fils d'un ancien président.  Un mois avant le Frente Amplio avait obtenu la majorité absolu au parlement.

Longtemps dominée par le Parti colorado et le Parti national, la vie politique uruguayenne a connu un bouleversement historique avec l’élection en 2004 du premier président de gauche, M. Tabaré Vázquez. José Mujica, ancien Tupamaro emprisonné pendant toute la durée de la dictature et ministre de l’Agriculture de 2005 à 2008, lui a succédé en remportant l’élection présidentielle du 29 novembre 2009 avec 52,6% des suffrages à la tête de la coalition du Frente Amplio. Les élections législatives du 25 octobre 2009 ont assuré la majorité au FA tant au Sénat (17 sièges sur 30) qu’à la Chambre des Représentants (50 sièges sur 99).

Dès son entrée en fonctions, M. Mujica s’est attaché à promouvoir un dialogue avec l’opposition et lui a proposé un « pacte d’union nationale » pour l’associer aux orientations prises dans les grands dossiers de son mandat (éducation, sécurité, énergie, environnement). La « méthode Mujica » n’a toutefois pas porté ses fruits et le divorce est aujourd’hui consommé à quelques mois des élections présidentielles et législatives de 2014. Le Parti colorado et le Parti national reprochent notamment au gouvernement un manque de résultats en matière de lutte contre l’insécurité qui reste une forte préoccupation des Uruguayens.

M. Mujica a inscrit son action dans la continuité de celle de son prédécesseur. L’éducation reste une priorité, de même que l’innovation et la recherche (création de l’Université technologique UTEC). Portés par une forte croissance économique, les deux gouvernements successifs du Frente Amplio sont parvenus à résorber la pauvreté de manière significative (de 40% de la population en 2004 à 12% aujourd’hui) avec l’objectif de faire émerger une solide classe moyenne.

Dans le domaine du logement, M. Mujica a lancé en mai 2010 le programme « Juntos » qui vise à attribuer un toit décent à chacun. La protection de l’environnement et le renforcement de l’indépendance énergétique du pays figurent également parmi ses priorités. En matière sociétale, le gouvernement a dépénalisé l’avortement en octobre 2012, légalisé le mariage entre personnes de même sexe en avril 2013 et fait voter une loi encadrant la production, la commercialisation et la consommation de cannabis (décembre 2013).

Situation économique

Depuis la crise de 2002, l’Uruguay bénéficie d’une croissance élevée de 4,4% en 2013 (presque 6% par an en moyenne depuis 2003).

L’économie uruguayenne s’est diversifiée depuis une quinzaine d’années avec le développement de l’industrie, du commerce, des services et du tourisme. Elle reste toutefois très axée sur l’agriculture et l’élevage et dépendante des exportations de matières premières agricoles (notamment le soja). L’Uruguay commerce principalement avec le Brésil, la Chine et l’Argentine. Son déficit commercial s’est creusé en 2012 (2,9 Mds USD) malgré le niveau record de ses exportations (9,8 Mds USD). La croissance est soutenue par une importante demande interne (8,5 Md USD) et les investissements dans les infrastructures (22,1% du PIB en 2012). Ces derniers sont, pour une partie d’entre eux, le fait d’entreprises étrangères qui trouvent en Uruguay un environnement juridique stable et une main d’œuvre qualifiée.

Les gouvernements du Frente Amplio ont fait de l’attraction de capitaux étrangers une priorité. Ils se sont employés à rassurer les milieux d’affaires : réforme du système fiscal en 2007, maîtrise de la dette (un peu plus de 50% du PIB) réévaluée par les agences de notation, réserves de change élevées, lutte contre le blanchiment et faible niveau de corruption. En 2010, l’Uruguay a progressé dans la voie de la transparence financière en adoptant une loi de flexibilisation du secret bancaire et en signant seize accords bilatéraux en matière fiscale, qui lui ont permis de sortir en décembre 2011 de la « liste grise » de l’OCDE des Etats insuffisamment coopératifs en matière fiscale.

Ce bon état de santé de l’économie uruguayenne ne masque pas de réelles fragilités. Malgré l’objectif gouvernemental de maintenir l’inflation entre 4 et 6%, celle-ci a été de 8,6 % en 2013. Cette tendance, conjuguée au renchérissement du peso uruguayen (+30% en moins de trois ans), provoque une augmentation du coût de la vie et une perte de compétitivité de l’économie, accentuée par les hausses imposées des salaires. En raison du ralentissement de la croissance en 2012, le déficit a atteint presque 3% du PIB alors que l’équilibre était atteint les années précédentes dans un pays aux fortes dépenses publiques.