Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/11/2014

André Voisin, inconnu à Dieppe et héros à Cuba

voisincuba.jpg

Personnalité. Inconnu à Dieppe mais incontournable à Cuba et célèbre internationalement pour ses travaux, l’ingénieur agronome André Voisin, disparu il y a cinquante ans, fait l’objet d’une exposition.

Qui était André Voisin ?

Bien peu de Dieppois peuvent répondre à cette question. Il a pourtant donné son nom à une rue à Dieppe et à Arques-la-Bataille, ainsi qu’au CFA dieppois préparant aux métiers dans le domaine de l’automobile.

À Cuba, où il repose, il a une statue et un timbre à son effigie !

Pour le cinquantième anniversaire de sa mort, le Comité pour la commémoration du souvenir d’André Voisin et la coopération avec Cuba a décidé d’initier une série d’animations autour d’une exposition exceptionnelle. En plus de la parution d’un Quiquengrogne spécialement dédié à l’agronome et
chercheur, né à Dieppe et de renommée internationale.

«André Voisin est plus connu à Cuba qu’ici», note Sabine Audigou, adjointe à la Culture. Pourtant, ce Dieppois a fréquenté le lycée Ango puis le lycée agricole d’Yvetot, où il a aussi enseigné. Pour Gérard Pestrinaux, président du comité, André Voisin est avant tout un paradoxe : «Paradoxe géographique, car qui le connaît à Dieppe?

En revanche, il est célèbre du Canada à la Patagonie, en Grande-Bretagne, en Autriche, en Allemagne, en Russie, en Océanie où ses textes sont reconnus. C’était un écolo militant du bio avec cinquante ans d’avance, alors que ces mots n’existaient pas encore. En témoigne son chef-d’œuvre, l’ouvrage La Productivité de l’herbe, qu’il a mis en application à Cuba ainsi que dans d’autres pays d’Amérique du sud.» Un paradoxe «politique aussi: cet homme qui n’était pas de gauche, mais d’une droite classique et gaulliste, est enterré dans le cimetière des héros de la révolution cubaine!»

André et Fidel

Là, les explications de Gérard Pestrinaux sont nécessaires pour envisager «l’harmonie entre André Voisin et Fidel Castro: le premier avait pour but la santé de l’humain, la qualité de vie et l’autre le bonheur de son peuple par l’éducation et la santé. Ces intérêts - nourriture et culture - ont vite convergé. Après ses cours, Castro restait souvent discuter avec André Voisin pour lui poser des questions. Après la mort du Dieppois, Castro a poursuivi dans sa voie. Le résultat: les médecins cubains, parfaitement formés, sont les premiers à venir en aide, on l’a vu à Haïti, c’est encore le cas avec Ebola».

Mathias Dupuis, membre du comité, ajoute : «La veuve d’André Voisin a été l’invitée de Fidel Castro, tous les ans. À l’époque, elle recevait Che Guevara chez elle. Elle a souhaité que tout ce qui touche à la vie et l’œuvre de son mari soit transmis au comité, par le biais d’Alain Auzou, qui a fait le lien entre la famille et le comité. Nous avons demandé à la Ville de verser tous les documents au fonds ancien de la médiathèque; le comité n’a pas de moyen de les conserver comme il se doit. Olivier Nidelet, qui travaille au fonds ancien, a réalisé un travail exceptionnel; c’est lui qui a eu l’idée de monter une exposition.»

A.-S. G.-R.

Paris Normandie

13:29 Publié dans Actualités, AL-Pays : Cuba, France, Science, Société | Tags : andré voisin, cuba, castro | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

02/09/2013

Un programme cubain contre le paludisme au Gabon

Paludisme-Gabon.jpgLe Gabon et Cuba ont récemment signé un accord de coopération pour le lancement d’un programme national de contrôle du paludisme et de lutte contre les vecteurs de cette maladie.

Jose Antonio Fraga, directeur de Labiofam Business Group, a déclaré à l’Agence de presse Latine (Prensa Latina) qu’un contrat a récemment été signé à Libreville entre une délégation cubaine qu’il conduisait et le ministre gabonais de la Santé, Léon Nzouba, en présence du président, Ali Bongo Ondimba.

cuba,gabon,paludismeCentre étatique cubain, les Laboratoires biologiques pharmaceutiques (Labiofam) sont connus pour avoir développé des médicaments homéopathiques, notamment contre le cancer. L’audience accordée par le président Ali Bongo à cette délégation, il y a une dizaine de jours, a permis de passer en revue le travail des médecins cubains qui travaillent au Gabon dans le cadre de la coopération entre les deux pays. Mais, elle avait pour point culminant la réalisation d’un programme national de contrôle du paludisme et la lutte contre les vecteurs de cette maladie. Le projet devrait incessamment démarrer avec l’arrivée au Gabon, en ce mois de septembre, d’une équipe cubaine composée de 18 spécialistes de Labiofam.

Selon Jose Antonio Fraga, le président Ali Bongo s’est félicité de la coopération avec Cuba et envoyé ses fraternelles salutations au leader historique de la révolution cubaine, Fidel Castro, pour son récent 87e anniversaire, et au président Raul Castro. La délégation cubaine n’a pas manqué de remercier le Gabon pour sa ferme condamnation du blocus économique, commercial et financier imposé à Cuba par les États-Unis depuis plus d’un demi-siècle.

Cuba et le Gabon ont établi des relations diplomatiques le 26 Mars 1974, et une coopération médicale a commencé en 2004, qui se poursuit avec des résultats satisfaisants.

Pour en savoir plus sur le paludisme, cliquez sur cette ligne

Article Publié par Rewiev Gabon 

15:33 Publié dans Actualités, AL-Pays : Cuba, Santé, Science | Tags : cuba, gabon, paludisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

30/08/2013

L'URUGUAY, UN PAYS DE REFORMES !

uruguay1.jpgLégalisation de l'avortement, du mariage homosexuel, bientôt du cannabis... En quelques mois seulement, la société uruguayenne a opéré des changements spectaculaires.

On n'arrête plus l'Uruguay. En l'espace de quelques mois, ce pays coincé entre l'Argentine et le Brésil, dont on ne parle que très rarement, a dit «oui» à l'avortement, franchi un premier pas vers la légalisation du cannabis et autorisé lundi le premier mariage homosexuel de son histoire, après être devenu en avril le deuxième pays du continent à reconnaître le mariage entre personnes de même sexe.

Depuis l'arrivée de la gauche au pouvoir en 2005, ce pays de 3 millions d'habitants multiplie les réformes pour le droit des homosexuels, en approuvant notamment les unions civiles ou l'adoption par des couples gays. Aujourd'hui, le cheval de bataille du président, José Mujica, c'est la légalisation du cannabis. Si le projet de loi - qui a déjà passé l'une des deux chambres du Parlement - est approuvé, les consommateurs uruguayens pourront acheter jusqu'à 40 grammes par mois de cette drogue dans des pharmacies autorisées. Une réforme «d'avant-garde», selon Mujica (qui assure n'avoir jamais fumé de joint), qui viserait à en finir avec un marché illégal qui génère chaque année de 30 à 40 millions de dollars, et à éloigner les consommateurs des réseaux de narcotrafiquants.

Le président reverse 87 % de ses revenus à des œuvres de charité

Ce président qui donne l'impulsion des réformes est un personnage atypique. Ancien guérillero emprisonné sous la dictature, il est aujourd'hui connu pour son franc-parler et son mode de vie très simple. Elu en 2009 et surnommé «le président le plus pauvre du monde», il vit loin des fastes de sa fonction, dans sa modeste ferme située à une demi-heure de la capitale, Montevideo. L'homme de 78 ans reverse même 90 % de son salaire à des organismes d'aide au logement social.

José Mujica, peu avant son élection en 2009.

José Mujica, peu avant son élection en 2009. Crédits photo : © Andres Stapff / Reuters/REUTERS

Pour la population, ce président philosophe est devenu un symbole. La frénésie réformatrice du pays n'est cependant pas le fruit de la volonté de ce seul homme. Selon Francisco Panizza, professeur de politique latino-américaine à La London School of Economics, «l'avortement ou le mariage gay, thèmes de campagnes du parti au pouvoir, étaient dans les cartons depuis longtemps. Il faut savoir que ce gouvernement n'a pas vraiment été capable de mettre en place de grandes réformes en matière d'économie. Ces changements sociétaux seront donc son principal legs.»

Réformer fait partie de la culture du pays

Dans le pays, tout le monde ne partage pas l'enthousiasme du gouvernement pour la légalisation du cannabis. Un récent sondage de l'institut Cifra révèle que 62% des Uruguayens rejettent cette loi. Toutefois, il ne faut pas s'attendre à ce que ces derniers descendent dans la rue pour exprimer leur désaccord, estime Francisco Panizza, qui rappelle que sur ce continent très influencé par l'Eglise, l'Uruguay fait figure d'exception avec une longue tradition de politiques de réformes sociales avant-gardistes, à laquelle ses habitants sont attachés. «Cela fait partie de la culture du pays depuis plus d'un siècle. Le président José Batlle y Ordoñez (1903-1915), l'une des plus grandes figures politiques du pays, a donné l'impulsion en introduisant à l'époque des réformes très controversées», explique le professeur. L'Uruguay a en effet été l'un des premiers pays du monde à abolir la peine de mort, en 1907. Il s'est déclaré pays séculier dès 1917, a été le premier de la région à autoriser le divorce aux femmes qui le demandaient en 1913, ou à leur donner le droit de vote en 1927. Aujourd'hui, le pays entend bien conserver le statut de pionnier social qu'il revendique.

Article publié dans le Figaro

18:26 Publié dans Actualités, AL-Pays : Uruguay, Economie, Science | Tags : uruguay, réforme, cannabis, mariage homo | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

05/06/2013

Cuba crée quatre vaccins contre le cancer : une leçon aux firmes pharmaceutiques.

Que Cuba ait déjà développé quatre vaccins contre différents types de cancer est sans doute une nouvelle importante pour l’Humanité (1), si nous tenons compte que, selon l’Organisation Mondiale de la Santé, chaque année meurent dans le monde, par cette maladie, environ 8 millions de personnes (2). Toutefois, les grands moyens internationaux l’ont ignorée presque complètement.

 En 2012 Cuba brevetait le premier vaccin thérapeutique contre le cancer du poumon au niveau mondial, la CIMAVAX-EGF (3). ET en janvier 2013 on annonçait secondement, le Racotumomab (4). Des essais cliniques dans 86 pays démontrent que ces vaccins, bien qu’ils ne traitent pas la maladie, obtiennent la réduction des tumeurs et permettent une étape stable de la maladie, en augmentant l’esperance et la qualité de vie. 

Le Centre d’Immunologie Moléculaire de La Havane, appartenant à l’État cubain, est le créateur de tous ces vaccins. Déjà en 1985 a été développé le vaccin de la méningite B (5), unique dans le monde, et plus tard d’autres, comme celles qui combattent l’hépatite B ou la dengue (6). En outre, il fait des recherches depuis des années pour développer un vaccin contre le VIH-SIDA (7). Un autre centre étatique cubain, les laboratoires LABIOFAM, développe des médicaments homéopathiques aussi contre le cancer : c’est le cas du VIDATOX, élaboré à partir du venin du scorpion bleu (8).

Cuba exporte ces produits pharmaceutiques à 26 pays, et participe dans des sociétés mixtes en Chine, au Canada et l’Espagne (9). Tout ceci casse complètement un stéréotype très étendu, renforcé par le silence médiatique sur les avances du Cuba et d’autres pays du Sud : selon lequel la recherche médico-pharmaceutique d’avant-garde se produit seulement dans les pays appelés « développés ».

Indubitablement, l’État cubain obtient un rendement économique de la vente internationale de ces produits pharmaceutiques (10). Toutefois, sa philosophie de recherche et commercialisation est aux antipodes de la pratique patronale de la grande industrie pharmaceutique.

Le Prix Nobel de Médecine Richard J. Roberts dénonçait récemment que les fabriquants orientent leurs recherches non a la guérison des maladies, mais au développement de médicaments pour indispositions chroniques, beaucoup plus rentables économiquement (11). ET il indiquait que les maladies propres des pays les plus pauvres - par leur basse rentabilité- ne donnent simplement pas lieu à des recherches. Pour cette raison, 90% du budget pour recherche est destiné aux maladies de 10% de la population mondiale.

L’industrie publique médico-pharmaceutique du Cuba, étant une des principales sources de devises pour le pays, est régie par des principes radicalement opposés.

Sources : Canada Santé