Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/01/2022

Le premier gouvernement de Gabriel Boric qui entrera en fonction le 10 mars prochain

Chili gouvernement.jpg

Par Pierre Cappanera
Ce gouvernement progressiste est un gouvernement de grande coalition où toute la gauche et le centre-gauche sont présents. C’est un gouvernement rajeuni où les femmes sont majoritaires. Les indépendants sans appartenance politique représentent un tiers du gouvernement. Ce gouvernement répond à la nécessité de trouver une majorité à la Chambre des députés où la coalition Apruebo Dignidad a seulement 37 élus sur 155.
 
Il existe au Chili ce qu’on appelle le « Comité politique » : ce sont une demi-douzaine de ministres qui se réunissent quotidiennement avec le président. C’est le cœur du gouvernement qui donne le la et le tempo au gouvernement.
On y retrouve Itzia Siches au ministère de l’Intérieur (un peu similaire à notre poste de premier ministre), ancienne présidente du Colegio Medico (l’Ordre des Médecins), ancienne militante communiste c’est une indépendante proche du Frente Amplio. C’est la première fois qu’une femme est ministre de l’intérieur au Chili.
 
Giorgio Jackson, le bras droit de Gabriel Boric, prend la tête du Secrétariat Général du Gouvernement,
Camila Vallejo, communiste, sera porte-parole du gouvernement.
La ministre des femmes, Antonia Orellana, (le ministère que Kast voulait supprimer) entre au Comité politique.
Ces quatre ministres et Gabriel Boric proviennent de la même génération des luttes étudiantes 2011. Ils sont rejoints au sein du Comité Politique par deux indépendants proche du centre gauche.
 
Chili gouvernement 2.jpgEn plus de Camila Vallejo au Comité Politique, deux autres ministres viennent du PC, Jeannette Jara au Travail et Flavio Salazar à la Science. Le Parti Communiste a le même nombre de ministres que sous les gouvernements d’Allende. Cette place importante des communistes dans le gouvernement signe le retour du PC au premier plan de la vie politique du Chili.
Les partis du centre-gauche qui ont accepté de travailler avec Gabriel Boric après sa victoire du 19 décembre sont tous représentés.
 
Le titulaire du Ministère des Finances sera l’actuel président de la Banque centrale du Chili. Sa nomination peut faire craindre le retour du « dans la mesure du possible », le fameux « réalisme » qui depuis Clémenceau tue la gauche.
Ce gouvernement comprend 14 femmes et 10 hommes. Au sein du Comité politique, 3 hommes pour 4 femmes. Les femmes ne font pas de la figuration. Deux femmes dirigeront les ministères des Affaires Étrangères et celui de la Défense, en plus du ministère de l’Intérieur.
 
Le gouvernement va devoir répondre aux demandes sociales très importantes, s’attaquer aux inégalités sociales. Il ne peut pas décevoir. Une autre tâche très importante du gouvernement va être d’appuyer la Constituante pour qu’elle mène à bien sa tâche dans les délais prévus et que la nouvelle Constitution soit approuvée avant la fin de l’année.
Maintenant c’est l’intervention du mouvement social, syndical, citoyen qui fera pencher la balance dans un sens ou un autre, celui du progrès et de la démocratie ou celui du « réalisme » et du « dans la mesure du possible ».

12:50 Publié dans Actualités, AL-Pays : Chili, Politique | Tags : chili, gouvernement, communistes | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

27/11/2021

Venezuela : cinq raisons pour lesquelles le chavisme a gagné

Venezuela elections.jpg

Alors que l’ensemble des observateurs internationaux expriment leur satisfaction à propos du caractère démocratique du scrutin, ces élections devraient faire comprendre à l’administration Biden que continuer à soutenir la MUD, et en particulier la fiction de Guaidó en tant que « président par intérim », est une politique vouée à l’échec.

Pour la première fois en quatre ans, chaque grand parti d’opposition au Venezuela a participé aux élections. Pour la cinquième fois en quatre ans, le chavisme a remporté une victoire écrasante. Les électeurs ont élu 23 gouverneurs, 335 maires, 253 législateurs d’État et 2 471 conseillers municipaux. Le Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV), au pouvoir, a remporté au moins 19 des 23 postes de gouverneur (une seule élection reste trop serrée pour être prononcée) et la mairie de Caracas lors des « méga-élections » du 21 novembre. Sur les 335 élections municipales, le décompte des voix est terminé pour 322 d’entre elles. Le PSUV et sa coalition en ont remporté 205, les coalitions d’opposition 96 et les autres partis 21. Plus de 70 000 candidats se sont présentés à ces 3 082 postes, et 90 % des votes ont été comptés et vérifiés quelques heures après la fermeture des bureaux de vote. Le taux de participation a été de 42,2 %, soit onze points de plus que lors des élections parlementaires de l’année dernière.

Voici pourquoi le chavisme, le mouvement à l’origine de la révolution bolivarienne du Venezuela, a gagné :

1. Bonne gouvernance en matière de santé, de logement et d’alimentation. Les politiques de santé du Venezuela en réponse au Covid-19 ont été exemplaires. Aux Etats-Unis, on s’attendait à ce que le coronavirus submerge le système de santé vénézuélien, qui a été dévasté par des années de sanctions. Et pourtant, par million d’habitants, le Venezuela a enregistré 15 000 cas et 180 décès. À titre de comparaison, les chiffres aux États-Unis sont de 146 000 cas/million et 2 378 décès/million, ceux du Brésil sont de 103 000 et 2 854, et ceux de la Colombie de 98 000 et 2 481. Contrairement aux images que nous avons vues en Équateur ou en Bolivie, il n’y avait pas de corps de victimes abandonnés dans les rues, ni de morgues débordantes comme à New York.

En termes de logement, le gouvernement vénézuélien a construit 3,7 millions de maisons pour les familles de la classe ouvrière au cours des dix dernières années, dont la majorité a été construite et livrée par l’administration Maduro alors qu’elle était sous sanctions.

Aussi meurtrières que soient les sanctions, la situation serait bien pire sans le plus important programme social du Venezuela de ces cinq dernières années : les CLAP. Il s’agit de boîtes de nourriture et d’autres produits de première nécessité, dont certains sont produits localement, qui sont emballées et distribuées par les communautés elles-mêmes. Sept millions de familles vénézuéliennes reçoivent des boîtes CLAP chaque mois, sur un pays de 30 millions d’habitants. Non seulement ce programme a permis de nourrir la population, mais il a revigoré la base du chavisme et reconnecté le gouvernement avec la base après la défaite du PSUV aux élections législatives de 2015.

2. La situation économique s’améliore. Selon une enquête réalisée en août 2021 par l’institut de sondage d’opposition Datanálisis, 50 % des Vénézuéliens considèrent que leur vie s’est améliorée par rapport à l’année ou aux deux années précédentes. Malgré les sanctions qui ont entraîné une baisse de 99 % des revenus du gouvernement, l’économie vénézuélienne se stabilise. L’inflation est tombée à moins de 10 % pour la première fois en quatre ans. Le Crédit Suisse a prévu une croissance de 5,5 % en 2021 et de 4,5 % en 2022. La production de pétrole a atteint son plus haut niveau depuis 18 mois en octobre, aidée par un accord commercial avec l’Iran. 

3. Le chavisme est uni (en grande partie). Le PSUV n’a pas gagné les élections seul, il était uni à 8 autres partis de gauche dans une coalition connue sous le nom de GPP (Grand Pôle Patriotique). Le PSUV lui-même a organisé des primaires internes en août, le seul parti à le faire. Plus de la moitié des candidats du GPP étaient des femmes, 52%, tandis que 43% étaient des jeunes. Dans l’ensemble, 90 % des candidats n’avaient jamais exercé de fonction auparavant, ce qui suggère un renouvellement du parti à partir de la base. Cependant, il s’agit de la deuxième élection consécutive où la gauche n’est pas complètement unie. Une coalition comprenant le parti communiste du Venezuela a présenté son propre ticket. Ces partis ont obtenu moins de 3 % des voix aux élections parlementaires de 2020 et leur décision de se présenter séparément ne semble pas avoir eu d’impact sur les courses au poste de gouverneur.

4. La droite est divisée. Jamais connue pour son unité, l’opposition vénézuélienne a subi une scission majeure, certains partis ayant opté pour le boycott des élections et tenté de renverser le gouvernement, tandis que d’autres ont préféré la voie démocratique. Bien que tous les grands partis aient participé à ces élections, l’opposition s’est divisée en deux coalitions principales, la MUD (Table ronde d’unité démocratique) et l’Alliance démocratique. La grande majorité des 70 000 candidats sont dans l’opposition et ils s’affrontaient dans presque toutes les courses. Sur les 23 courses au poste de gouverneur, six ont été remportées par des candidats du PSUV avec moins de 50 % des voix et par moins de six points – une plus grande unité entre la MUD et l’Alliance démocratique aurait pu faire la différence.

Le décompte des voix dans les courses au poste de gouverneur et de maire de Caracas montre que la coalition PSUV a obtenu 46 % du total des voix, le reste étant réparti entre les différentes oppositions. Une opposition unie pourrait gagner au Venezuela, mais « opposition unie » est un oxymore.

5. La droite est profondément impopulaire. Si l’on parle beaucoup du prétendu manque de soutien au président Maduro (les millions de votes obtenus par son parti ne seront jamais reconnus par les États-Unis), on sait moins que l’opposition est profondément impopulaire. Voici les taux de désapprobation de certaines des figures clés de l’opposition : Juan Guaidó, 83% de désapprobation ; Julio Borges (le « ministre des affaires étrangères » de Guaidó), 81% ; Leopoldo López (le mentor de Guaidó et le cerveau des tentatives de coup d’État), 80% ; Henry Ramos Allup (leader de l’opposition de longue date), 79% ; Henrique Capriles (perdant des élections présidentielles de 2012 et 2013), 77% ; et Henri Falcón (perdant des élections présidentielles de 2018), 66%. Tous ces candidats, à l’exception de Falcón, font partie de la MUD.

La coalition MUD a passé des années à prétendre qu’elle représentait une majorité, une affirmation qui ne pouvait pas être vérifiée par leur stratégie de boycott électoral. Cependant, leur retour dans le processus électoral n’a marqué qu’une augmentation de dix points de la participation électorale par rapport à 2020. En outre, la MUD s’est classée derrière les autres partis d’opposition dans 9 des 23 États et à Caracas. La MUD n’a remporté qu’un seul des trois postes de gouverneur occupés par l’opposition. Cela pourrait être dû en partie au rejet généralisé des sanctions américaines. La MUD a approuvé à plusieurs reprises des sanctions mortelles malgré le fait que 76 % des Vénézuéliens les rejettent.

La MUD bénéficie du soutien politique, financier et logistique des États-Unis et de l’UE, tandis que les membres d’autres partis d’opposition ont été dénoncés et sanctionnés par les États-Unis pour avoir négocié avec l’administration Maduro. Ces élections devraient faire comprendre à l’administration Biden que continuer à soutenir la MUD, et en particulier la fiction de Guaidó en tant que « président par intérim », est une politique vouée à l’échec. 

Source : Leonardo Flores (États-Unis) est un expert politique latino-américain, né au Venezuela. Coordinateur de la campagne Amérique latine de CODEPINK. Titulaire d’une licence en philosophie de l’Université du Maryland.

12:24 Publié dans AL-Pays : Vénézuela, Politique | Tags : vénézuela, élections locales | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

02/08/2021

Attentat contre l’ambassade de Cuba à Paris : tous concernés

Usa Amerique Latine.jpg

Paris, le 27 juillet 2021
cuba,attentat,parisCette nuit, un attentat a été perpétré contre l’ambassade de Cuba, située à Paris. Un début d’incendie vite circonscrit a menacé le bâtiment dans lequel loge le personnel diplomatique, des enfants et leurs parents. Le pire a été évité.
 
Voilà 60 ans que Cuba est sous embargo américain, 30 ans que ce blocus (bloqueo en espagnol) est de plus en plus contraignant.
 
Sous l’administration Trump, 243 mesures contre Cuba et tous ceux qui ont un lien avec ce pays ont été prises. Une tous les trois jours de mandat de Trump !
Cet embargo est unanimement condamné chaque année depuis 30 ans aux Nations Unies, seuls les États-Unis et Israël votent contre.
 
Ce blocus a pour conséquence d’affamer le peuple cubain, à qui je pense en premier. Pire encore il bloque l’aide humanitaire et les moyens médicaux pour que Cuba puisse lutter efficacement contre la pandémie COVID19.
 
Nul ne doit se tromper, une campagne de déstabilisation a été initiée par les États-Unis et l’administration Biden cautionne ces actes, voire les encourage. Les États-Unis, n’ont qu’une volonté : poursuivre la doctrine Monroe, initié voilà plus d’un siècle, doctrine qui ambitionne de contrôler l’Amérique Latine, à commencer par Cuba.
 
Nul ne doit ignorer que cet objectif se fait au détriment de la souveraineté nationale, trop souvent contre l’intérêt des peuples.
Nul ne peut se croire à l’abri de cette hégémonie américaine à commencer par la France et l’Europe.
 
Rappelons que les lois extra-territoriales américaines, en œuvre depuis près de 30 ans, ont eu un coût total d’environ 100 milliards sur le budget de la France, sur l’épargne des Français, sur les entreprises françaises. 100 milliards d’euros c’est l’équivalent du plan de relance de 2020.
 
La réalité aujourd’hui, est que sous couvert de volonté démocratique, les États-Unis, qui ont détenu pendant plus de 20 ans des prisonniers politiques sur l’ile de Cuba, à Guantanamo, cherchent à écraser les projets politiques qui diffèrent des leurs et dans le même temps à imposer une guerre économique à l’Union Européenne.
 
« Lâcher aujourd’hui Cuba, c’est demain se retrouver dans le collimateur des Etats-Unis qui nous imposeront leur monde. A l’heure de l’urgence climatique et écologique, nous devons au contraire retrouver l’esprit de la COP21, celui de la Fraternité des peuples face aux périls naturels qui menacent tout simplement la vie humaine sur cette planète.
 
C’est le sens de la proposition de résolution que j’ai initiée, cosignée par une quarantaine de députés (1), pour la levée immédiate de l’embargo contre Cuba, afin de permettre à ce pays de produire des centaines de millions de vaccins contre la COIVD19. Ne nous trompons pas de combat ! » conclut le député FM Lambert.
(1) - FrançoisMichel LAMBERT, JeanFélix ACQUAVIVA, MarieNoëlle BATTISTEL, Gisèle BIÉMOURET, JeanYves BONY, MarieGeorge BUFFET, Annie CHAPELIER, André CHASSAIGNE, JeanMichel CLÉMENT, Éric COQUEREL, Jennifer DE TEMMERMAN, Frédérique DUMAS, JeanJacques FERRARA, Hubert JULIENLAFERRIÈRE, Sébastien JUMEL, Stéphanie KERBARH, Mustapha LAABID, Jérôme LAMBERT, Michel LARIVE, Jean LASSALLE, Nicole LE PEIH, JeanPaul LECOQ, Josette MANIN, Max MATHIASIN, Jean François MBAYE, Monica MICHELBRASSART, Paul MOLAC, Sébastien NADOT, JeanPhilippe NILOR, Danièle OBONO, Xavier PALUSZKIEWICZ, Bertrand PANCHER, Maud PETIT, Loïc PRUD’HOMME, Richard RAMOS, Muriel RESSIGUIER, Fabien ROUSSEL, Sabine RUBIN, Gabriel SERVILLE, Sira SYLLA, Aurélien TACHÉ, Stéphane VIRY,

députés.

18:56 Publié dans AL-Pays : Cuba, Politique | Tags : cuba, attentat, paris | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

04/08/2020

Guyana : l'opposition proclamée gagnante des législatives cinq mois après le scrutin

Guyana.jpg

L'opposant Irfaan Ali, candidat à la présidentielle du Parti progressiste du peuple (PPP), a remporté les élections législatives au Guyana, a annoncé dimanche la Commission électorale cinq mois après la tenue de ce scrutin très contesté dans la petite nation sud-américaine.

Le nouveau président de gauche, Mohamed Irfaan Ali, évince ainsi le social-libéral David Granger, au pouvoir depuis 2015. L’ancien chef d’État était au cœur d’un scandale politique depuis deux ans, accusé d’avoir « bradé les intérêts pétroliers » de ce pays frontalier avec le Venezuela, le Brésil et le Suriname. Le parti de Granger conteste par ailleurs les résultats des élections de dimanche, soupçonnant une fraude électorale alors que l’opposition gagne avec une faible marge de 3 %, soit 15 000 voix.

Néanmoins, les observateurs internationaux se rangent derrière les résultats officiels donnant la victoire à Ali. Si l’ancien président entend « défendre le vote des Guyaniens » devant un tribunal et contester encore une fois le résultat, il a appelé ses partisans au calme face aux craintes de la population de voir des violences éclater.

Tensions entre communautés

La victoire a été célébrée discrètement du côté des partisans de gauche, craignant de raviver les tensions raciales entre les communautés du Guyana. La répartition politique du pays reflète presque à l’identique la binarité ethnique : Granger était majoritairement soutenu par la communauté noire, et Ali par la communauté sud-asiatique. Les tensions entre les deux sont grandissantes depuis les élections générales de mars, suivies par un recomptage des voix de 100 jours et de multiples accusations de fraudes et de corruptions. Dimanche, le comité électoral a finalement déclaré Ali vainqueur.

À 40 ans, Ali prendra donc la tête d’un pays avec une impressionnante croissance économique grâce à ses ressources pétrolières.

Responsable d’une exploitation produisant 52 000 barils par jour, l’avenir politique du pays était surveillé de près par les puissances régionales comme le Canada, les États-Unis et la Communauté Caribéenne. Mais le Guyana doit aussi faire face à la crise du coronavirus, qui frappe durement l’Amérique latine, et plonge ses commerces dans une impasse économique.

Ceux-ci subissent le retrait de leurs partenaires internationaux et le refus de prêts des banques. Depuis cinq mois, les Guyaniens ont perdu leurs emplois, et les services publics ont été réduits au minimum faute d’un budget national approuvé par le gouvernement. L’élection de Ali apporte aux habitants l’espoir de sortir de cette double situation de crise et un tant attendu retour à la normale.

Les deux camps avaient initialement revendiqué la victoire et s'en étaient suivis cinq mois de tensions et d'accusations de fraudes dans ce petit pays de 800.000 habitants riche en hydrocarbures.
M. Granger, 74 ans, a fait savoir dimanche que des plaintes pour fraudes électorales et autres irrégularités seraient déposées auprès de la Haute Cour du pays.

M. Ali, 40 ans, a occupé diverses fonctions publiques dont celle de ministre du Logement, de l'Eau et du Tourisme jusqu'en 2015, date à laquelle son parti a perdu les élections.
Le futur gouvernement de ce membre du Commonwealth, frontalier avec le Venezuela, le Brésil et le Suriname, devra gérer la manne pétrolière tirée de l'exploitation de vastes champs pétroliers off-shore découverts en 2016 par le géant américain ExxonMobil.

GUYANA CARTE D'IDENTITE

carte guyana.gifGuyana signifie « terre d'eaux abondantes » dans la langue arawak. Le pays est caractérisé par ses vastes forêts tropicales disséquées par les nombreux fleuves, criques et chutes d'eau, notamment les chutes de Kaieteur sur le fleuve Potaro. Les tepuys du Guyana sont célèbres pour avoir inspiré le roman d'Arthur Conan Doyle Le Monde perdu, en 1912.

La capitale du Guyana, Georgetown, est située sur la côte atlantique et compte environ 245 000 habitants.

Lorsque les premiers Européens sont arrivés dans la région autour de 1500, le Guyana était habité par les Arawaks, les tribus du peuple Caraïbe et d'Amérindiens. Bien que le Guyana ait été aperçu pour la première fois par Christophe Colomb pendant son troisième voyage (en 1498), il n'a pas été colonisé par les Européens avant que les Néerlandais n'y établissent en 1616 trois colonies séparées ; Essequibo (1616), Berbice (1627), et Demerara (1752). Le commandement fut assumé par les Britanniques vers la fin du XVIIIe siècle et les Néerlandais ont formellement cédé le territoire en 1814. En 1831, les trois territoires sont devenus une seule et même colonie britannique connue sous le nom de Guyane britannique.

En 1953, une nouvelle constitution établit le suffrage universel. Les élections d' donnent une majorité au People's Progressive Party, jugé trop à gauche par le Bureau des Colonies. Parmi les premières lois du nouveau gouvernement figure l'obligation pour les entreprises de reconnaître le droit syndical. Des troupes sont envoyées et la Constitution est suspendue. Le Colonial Office justifie cette décision en déclarant que « le gouvernement britannique a décidé que la Constitution du Guyana devait être suspendue pour prévenir la subversion communiste du gouvernement et une crise dangereuses dans l'ordre public et les affaires économiques »4.

En 1963, le gouvernement progressiste du « ministre en chef » Cheddi Jagan résiste à une tentative de coup d’État qui laisse 170 morts5. La Guyane britannique accède finalement à l'indépendance en 1966 sous le nom de Guyana. En 1974 est créée la communauté Jonestown, à une dizaine de kilomètres de Port-Kaituma par le révérend Jim Jones. Cette communauté de la secte du Temple du Peuple rentre dans l'histoire le par le suicide collectif de 914 personnes dont 276 enfants.

19:11 Publié dans AL-Pays : Guyana, Politique | Tags : guyana, présidentielle | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg