Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/11/2015

Evo Morales, Doctor Honoris Causa de l'université de Pau et des Pays de l'Adour

morales2.jpg

Le président bolivien, Evo Morales Ayma, 56 ans, qui a aussi rencontré son homologue français François Hollande, a reçu samedi à Pau (Pyrénées-Atlantiques) les insignes de Docteur Honoris Causa de l'Université de Pau et des Pays de l'Adour (UPPA), que lui a remis le président de l'établissement, Mohamed Amara. "C'est le couronnement de ma vie, la venue d'Evo," a confié Jean Ortiz.

"C'est un hommage à tous les mouvements sociaux qui veulent libèrer les peuples", a déclaré le président Morales, devant plusieurs personnalités, dont l'ancien ministre et maire centriste (MoDem) de Pau, François Bayrou, et le député européen écologiste et altermondialiste, José Bové. A l'occasion de cette deuxième visite dans la capitale béarnaise, le président de l'Etat plurinational de la Bolivie a retracé son parcours et ses combats syndicaux comme dirigeant du puissant syndicat des producteurs de feuille de coca ("cocalero"), que l'on accusait alors "d'être un narco-trafiquant".
 
"Je salue José Bové, un frère que j'ai connu en 2002 à Pau, où j'avais été invité en tant que syndicaliste au village d'Emmaüs Lescar-Pau où nous avions animé des débats," a-t-il rappelé. "Depuis 2002, le temps a passé et nous nous sommes organisés," a-t-il dit en évoquant sa carrière politique. "Nous sommes au pouvoir depuis 10 ans et c'est grâce à cette stabilité politique que nous sommes forts économiquement," a-t-il souligné. Et de conclure: "ce n'est pas rien d'être élu, nous devons oublier tous les intérêts personnels et nous consacrer au peuple." Au pouvoir depuis 2006, un record de longévité parmi les chefs d'État en exercice en Amérique Latine, Evo Morales a décidé de soumettre la question de sa candidature à un éventuel quatrième mandat lors d'un référendum prévu pour le 21 février 2016.
Le troisième mandat de cet ancien berger, ardent critique de l'économie néolibérale et des politiques américaines, court jusqu'en 2020.
 
morales1.jpgA l'issue de cette cérémonie, Evo Morales, accompagné de plusieurs membres de son gouvernement, dont le ministre des Affaires étrangères, David Choquehuanca, a inauguré au Village Emmaüs Lescar-Pau, la "Place de l'Etat plurinational de la Bolivie" et la "Casa Latinoamericana" qui présente les archives de Jean Ortiz, ancien universitaire et journaliste palois, spécialiste de l'Amérique latine du XXème siècle.
 
"C'est le couronnement de ma vie, la venue d'Evo," a confié Jean Ortiz.
 
 
Google-Translate-English to French Traduire français en German  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA  Traduire français en Portuguese  Traduire français en Russian  Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic  Traduire français en danish Traduire français en Greek

11:41 Publié dans AL-Pays : Bolivie, Culture, France | Tags : bolivie, morales, pau | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

13/10/2014

CNI : BOLIVIE

BOLIVIE.jpg

Données générales

drapeau bolivien.JPGNom officiel : État plurinational de Bolivie (depuis mars 2009)
Nature du régime : démocratie
Chef de l’État : M. Evo MORALES AYMA

Données géographiques

Superficie : 1 098 580 km²
Capitale(s) : La Paz (3 640 m. d’altitude ; 850 000 habitants, 1,8 M. avec El Alto) : capitale administrative (siège des pouvoirs exécutif et législatif) ; Sucre (285 000 habitants) : capitale constitutionnelle
Villes principales : Santa Cruz (1,6 M.), capitale économique ; El Alto (950 000), Cochabamba (620 000), Oruro (215 000), Tarija (195 000), Potosí (150 000).
Langues officielles : espagnol + 36 langues indiennes (art. 5 de la Constitution)
Monnaie : le boliviano 1 € = 9,42 BOL au 27.01.14
Fête nationale : 6 août (déclaration d’Indépendance, en 1825)

Données démographiques - 2012

carte-bolivie.gifPopulation : 10,02 M. hab.
Densité : 9,1 hab./km²
Croissance démographique : 1,71%
Espérance de vie : 67 ans
Mortalité infantile : 39,3/1000
Taux d’alphabétisation : 94,9%
Religions : catholicisme (95 %), églises protestantes
Indice de développement humain 2011 (PNUD) : 108e (développement humain moyen)

Données économiques

PIB : 27 Mds USD
PIB/hab. : 2 625 USD

Taux de croissance (2013) : 6,5 %
Taux de pauvreté : 48 % (< 4 USD par jour, Banque mondiale)
Taux d’extrême pauvreté (2011) : 21 %
Taux d’inflation (2013) : 4,8 %
Dette publique : 5,6 Mds USD

Exportations : 11,6 Mds USD
Importations : 8,2 Mds USD

Principaux clients : Brésil (31%), Argentine (17%), États-Unis (15%), Pérou (5%)
Principaux fournisseurs : Brésil (18%), Argentine (13%), Chine (13%), États-Unis (11%)

Stock français d’IDE (2011) : 500 M USD
Exportations françaises vers la Bolivie : 27 M€ (22e rang)
Importations françaises depuis la Bolivie : 84,6 M€ (24e rang)
Solde commercial bilatéral : 57 M€
En 2012, la Bolivie était notre 149ème client et notre 102ème fournisseur.

Consulat(s) de France : section consulaire de l’Ambassade à La Paz ; consulats honoraires à Cochabamba, Santa Cruz, Sucre et Tarija.
Communauté française en Bolivie (2013) : 1 356 immatriculés ; environ 30 000 touristes français/an, soit le plus grand contingent de touristes européens dans le pays.

Politique intérieure

Institutions

Longtemps connue pour son instabilité politique (160 coups d’État depuis l’indépendance en 1825), la Bolivie ne connaît véritablement la démocratie que depuis 1982.

Constitution
La nouvelle Constitution a été approuvée par référendum au mois de janvier 2009.

Pouvoir exécutif
Le président est élu pour cinq ans au suffrage universel direct, dès le premier tour s’il obtient 40 % des suffrages et 10 % d’avance sur son principal concurrent. Il forme le Gouvernement et ne peut être réélu consécutivement qu’une seule fois.

Pouvoir législatif
La Chambre des députés est composée de 130 membres, élus pour cinq ans ; une moitié est élue au scrutin majoritaire, l’autre à la proportionnelle. Sept députés sont élus dans le cadre de circonscriptions indigènes. Le Sénat compte 36 membres, élus pour cinq ans sur une base départementale (chacun des 9 départements élit 4 sénateurs).

Justice
L’Autorité judiciaire a été réformée en 2010. Sa plus haute instance est le Tribunal Suprême de Justice, dont les neuf juges sont élus au suffrage universel direct dans des circonscriptions régionales, après présélection des candidats par le Parlement. Le Tribunal constitutionnel est composé de sept magistrats élus au suffrage universel direct dans une circonscription nationale unique. La première élection des hauts magistrats a eu lieu en octobre 2011.

Principaux groupements et partis politiques

MAS (Movimiento Al Socialismo)
Parti du président Morales. Créé en 1997, il fédère différents mouvements sociaux et syndicaux. Il est aujourd’hui la première force politique du pays avec plus de deux tiers des sièges au Parlement (26 sur 36 au Sénat ; 88 sur 130 à l’Assemblée). Le MAS est à la tête de sept départements sur neuf, et de trois des dix principales villes du pays (El Alto, Cochabamba, Potosi).

PPB-CN (Convergencia Nacional)
Parti d’opposition (droite conservatrice) apparu sur la scène politique en 2008 pour porter la candidature présidentielle de Manfred Reyes (ex préfet de Cochabamba, aujourd’hui en exil aux États-Unis). CN a fédéré des tendances diverses et rassemblé un quart des suffrages aux élections législatives de décembre 2009. Le parti compte aujourd’hui moins d’un tiers des parlementaires (37 députés et 10 sénateurs).

MSM (Movimiento Sin Miedo)
Fondé en 2009, tendance centre-gauche, cet ancien allié du MAS a choisi de s’émanciper et s’est présenté seul aux élections locales d’avril 2010. Il rejette non pas le « processus de changement » lancé par Evo Morales, mais les méthodes utilisées. Le MSM détient depuis 2004 la mairie de La Paz, où se concentre son électorat. Son chef, Juan del Granado, s’est déclaré officiellement candidat à l’élection présidentielle de 2014.

UN (Unidad Nacional)
Créé en 2004 par Samuel Doria Medina (ancien militant de gauche devenu un homme d’affaires prospère), il rassemble diverses forces de centre-droit. Après avoir été la 3e force législative du pays, il n’a plus que trois députés.

MDS (Movimiento Democrata Social)
Fondé le 15 décembre 2013 à Cochabamba, est un groupement d’organisation régionales, issues principalement de la droite autonomiste. Il est dirigé par Ruben Costas, gouverneur de l’Etat de Santa Cruz, qui est la deuxième personnalité de l’opposition à se déclarer officiellement candidat à la présidentielle de 2014.

Évolution politique

Elu en décembre 2005, Evo Morales a lancé une « révolution pacifique, démocratique et culturelle », visant à réduire les injustices sociales, communautaires et géographiques par l’introduction de politiques sociales et la réhabilitation des cultures traditionnelles.

Une nouvelle Constitution garantissant notamment de nouveaux droits (officialisation de seize régions, reconnaissance de la justice traditionnelle, régularisation des élections y compris des juges, nationalisation des ressources naturelles stratégiques,…) a été adoptée par référendum, en janvier 2009, avec 61% des voix.

Le premier mandat d’Evo Morales a cependant été marqué par divers épisodes de contestation, notamment dans les départements de l’Est (media-luna), les plus rétifs au changement. Ce qui n’a pas empêché Evo Morales d’être brillamment réélu le 6 décembre 2009 dès le premier tour avec près de 63 % des suffrages, face à une opposition fragmentée (l’ancien préfet de la région de Cochabamba, Manfred Reyes est arrivé en 2e position avec 27 % des voix).

Le MAS remportait le même jour les deux tiers des sièges au Congrès. En outre, 7 des 9 gouverneurs élus appartiennent au MAS (seuls les gouverneurs de Santa Cruz et du Beni sont dans l’opposition). Le gouvernement dispose donc d’une solide assise politique, même s’il pâtit d’une administration mal formée, insuffisamment structurée et souvent corrompue.

Le Président Morales s’est fixé un « Agenda Patriotique » pour 2025 (bicentenaire de l’Indépendance) comportant 13 objectifs, dont les grands axes sont l’éradication de l’extrême pauvreté, l’accès à la santé et à l’éducation, la - souveraineté - scientifique, technologique financière, énergétique, environnementale, et l’accès à la mer. Cette conjonction de réalisme, non dénué d’idéologie, et d’idéalisme traduit assez fidèlement l’état d’esprit des autorités. Pour atteindre ces objectifs, le Président entend donner la priorité à trois domaines d’ici à la fin de son mandat (octobre 2014) : l’industrialisation des hydrocarbures, la mise en œuvre des autonomies (départementales et municipales) et la souveraineté alimentaire.

Depuis l’été 2010, plusieurs catégories professionnelles manifestent leur insatisfaction. En avril 2011, des mouvements de grèves ont paralysé plusieurs villes du pays, contraignant le gouvernement à accepter une augmentation salariale de 10% en faveur des enseignants, de la police, de l’armée et des personnels de santé, et une hausse de 6,5 % des pensions de retraite.

En août 2011, plusieurs centaines d’indigènes d’Amazonie ont entrepris une marche de 600 km vers la Paz, pour contraindre les autorités à abandonner un projet de construction de route devant traverser une zone écologiquement sensible (parc naturel du Tipnis). Ce conflit a donné lieu à une forte répression policière. De nouvelles grèves ont éclaté en 2012, toujours dans les mêmes secteurs (mines, médecine, transport, police…) ainsi qu’au printemps 2013.

Néanmoins, l’opposition (environ 30% des voix) ne parvient pas à tirer bénéfice de la situation. M. Juan del Granado, ancien maire de La Paz et fondateur du MSM peine à s’imposer. Le fondateur d’Union Nationale (libéral), M. Samuel Doria Medina, est quant à lui davantage un grand patron d’opposition qu’un patron de l’opposition. Enfin, l’opposition régionaliste est éparse.

bolivie,identitée,chiffresLe Président Morales a été autorisé en avril 2013, par le Tribunal constitutionnel à se porter candidat à un nouveau mandat. Le 12 octobre il est triomphalement réélu jusqu'en 2020 avec plus de 60 % des suffrages. Son parti le MAS obtient le même jour 24 sièges de sénateurs sur 36, et 80 députés sur 130.

Situation économique

Le Président Morales a fait le choix dès 2006 du nationalisme : étatisation des hydrocarbures et du secteur de l’électricité, retrait en 2007 du Centre International pour le Règlement des Différends relatifs aux Investissements (CIRDI), renégociation des accords bilatéraux de protection des investissements. Cette dynamique n’a pas favorisé la confiance des investisseurs.

Il demeure que, les indicateurs macro-économiques sont satisfaisants et la gestion du pays a reçu les encouragements du FMI. Le taux de croissance a été de 5% en 2012 et de 6,5% pour 2013. Le pays détient les 2e réserves de gaz du sous-continent, derrière le Venezuela, les premières réserves de lithium du monde (35%), d’importantes ressources minières (fer, cuivre, étain…).

La Bolivie profite depuis plusieurs années du cours favorable des matières premières (les exportations du pays (11,6 MUSD en 2012) sont constituées à plus de 80% d’hydrocarbures et de minerais). Le solde budgétaire est positif et le solde de la balance commerciale a atteint 3,4 M USD en 2012. Les réserves de change ont explosé depuis quelques années (13 Mds USD en 2012 soit près de la moitié du PIB).

09/10/2014

Bolivie. Un autre "12 octobre"

morales1507.jpg

On vote en Bolivie le 12 octobre 2014. 5,2 millions d'électeurs sont priés par "l'ami de Cuba" de voter bien et "siempre más" (toujours plus). Si l'on en croit le latifundium médiatique, son gourou Paulo Paranagua du "Monde", le MAS et son "caudillo" Evo Morales perdent, ont perdu, vont perdre, peut-être perdront, une partie du soutien populaire. L'autre gourou, "El País" (8 avril 2014) annonce une "dépression du courant bolivarien". Evo Morales "perd le soutien populaire" à chaque consultation, à tel point qu'il est toujours élu (53,7% en 2006, 64% en 2009) avec une marge sur ses adversaires presque humiliante pour eux.

Evo Morales affronte depuis qu'il a "nationalisé les hydrocarbures" et donc qu'il est devenu un "affreux autocrate populiste", un candidat bicéphale, devenu parti d'opposition: le "Elmondopais". Ce pourrait être le titre d'une rumba ou d'une cumbia. Ce candidat accepte mal qu'un Indien dirige un pays de blancs aux cheveux blonds!! A l'erreur de casting (un "Indien"!) s'ajoute le fait que cet Aymara a eu le culot de ne laisser aux multinationales des hydrocarbures que 15% seulement des profits réalisés en Bolivie. Du temps où la Bolivie était un "pays libre", La Paz leur concédait 85%. Chacun connaît le refrain de la vieille rengaine socionéolibérale:

Le plus beau, de tous les profits du monde, c'est celui, que je faisais en Bolivie, lorsque le marché dominait les Andes...

Et les profits si jolis, au pays de l'Inti, devenaient les investissements de demain et les emplois d'après demain (midi), comme en France, en Espagne, au Portugal, en Grèce...

Evo Morales, élu pour la première fois en janvier 2006, sollicite un nouveau et dernier mandat de président, avec pour vice-président l'intellectuel marxiste Garcia Linera. Les sondages, mais en Bolivie ils sont peu fiables, leur donnent environ 40% au premier tour. Les Boliviens éliront ou rééliront aussi 130 députés et 36 sénateurs. La nouvelle constitution bolivienne de 2009 érige la Bolivie en "Etat plurinational"; elle prévoit deux mandats présidentiels successifs de cinq ans. En 2019, Evo Morales ne pourra donc plus se représenter. Le président jouit d'une grande aura personnelle en raison de sa proximité avec "ceux d'en bas", de sa simplicité, de sa vie modeste, de son identification avec les organisations sociales, avec les peuples et nations indiennes (36) ; tout le contraire d'un "caudillo".

Les Boliviens apprécient la stabilité qui règne dans le pays, malgré les visées déstabilisatrices de la droite, ils ont confiance dans leur monnaie. Auparavant, les gouvernements duraient au plus quelques mois, l'année scolaire et universitaire n'arrivait jamais à terme à cause du mécontentement des jeunes. Depuis cinq ans, elle prend fin à la date prévue.

Les communautés indiennes expriment leurs besoins et même leur mécontentement, mais sans aucune soumission à un pouvoir qu'elles interpellent, aiguillonnent. Elles manifestent comme partie prenante d'un processus autogéré , d'un projet (leur projet) "inclusif", "participatif", et de la mise en œuvre de la philosophie séculaire du "buen vivir": la vie en harmonie avec tous les êtres vivants, une vie modeste, d'équilibre, de partage, du vivre ensemble. La Bolivie d'aujourd'hui démonte peu à peu le "modèle néolibéral en place", pour construire pierre par pierre, un modèle alternatif, post-néolibéral. On peste contre l'insécurité et la corruption, on débat de "socialisme", de "post-capitalisme"...

Même le FMI est forcé de reconnaître la bonne gestion, la "résistance" du système financier et la justesse des politiques macro-économiques ("El Universo", 12 février 2014) une croissance entre 3,5% et 6,5% depuis 2006, (évaluée à 5,4% pour 2014), des indicateurs sociaux qui traduisent le recul de l'extrême pauvreté, les progrès de la santé, de l'éducation, de la protection sociale.

La révolution vient d'être accusée d'autoriser le travail des enfants dès dix ans. ("Le Monde.fr", 5 juillet 2014). En réalité les enfants eux-mêmes, ceux qui sont victimes encore d'exclusion sociale, petits vendeurs de rues, ont demandé à être protégés par le "Code de l'enfant et de l'adolescent" et de bénéficier de droits dès l'âge de dix ans. Le gouvernement a augmenté en mai de 20% le salaire minimum. Le salaire moyen s'élève à l'équivalent de 430 euros par mois. Ces réformes et avancées ont "cohésionné" la base du MAS et de la révolution, malgré quelques défections.

Evo Morales a relancé auprès du Chili et des instances internationales la revendication d'un "accès à la mer", perdu il y a 135 ans après la "Guerre du Pacifique" et l'invasion du Chili en 1879. (420 kms de côtes sur le Pacifique et 120 000 Km2 de littoral annexés par le Chili). Le préjudice économique subi et que subit encore la Bolivie s'avère considérable (la zone annexée est riche en gisements de cuivre)

L'opposition se présente aux élections présidentielles et générales, pour l'heure, fragmentée. Elle n'est pas parvenue à constituer un "front large" (plagiat de l'Uruguay). A la date limite du 14 juillet, ont déclaré leur candidature :

  1. Le chef d'entreprise Samuel Doria Medina, de "Concertation Unité démocratique", qui se veut "une institution pour la démocratie", patron de cimenteries et des "hamburgers Burger King"; a fait une alliance avec la droitede "l'Oriente" bolivien,
  2. Le "Mouvement sans peur" de l'ex-maire de La Paz, Juan del Granado, allié de Evo Morales jusqu'en 2009;
  3. Le parti Démocrate chrétien avec Jorge "Tuto" Quiroga;
  4. Le "Parti Vert pour la Bolivie", allié avec une fraction indigéniste, présente Fernando Vargas 5. le MAS (Mouvement vers le socialisme), avec Evo Morales.

D'autres formations, n'ayant pu présenter de listes complètes, n'ont pas été validées par le Tribunal Suprême électoral.

Le gouvernement bolivien a invité l'Union européenne, l'Unasur et l'OEA, à envoyer des "observateurs", à titre de garantie du bon déroulement des élections.

En Bolivie, le "moralisme", parce qu'il est éthique et concret, s'inscrit dans la durée et dans la perspective de dépassement du capitalisme. Le "Elmondopais" désinformateur, qui soutient des corrompus, est très éloigné du moralisme.

Jean Ortiz pour l'Humanité

- See more at: http://www.humanite.fr/blogs/bolivie-un-autre-12-octobre-...

20:51 Publié dans AL-Pays : Bolivie, Amérique Latine, Politique | Tags : bolivie, moralès, élections | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg