Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/09/2017

Cyclone : émotion et interrogations

santiago de Cuba.jpg

cuba,ouragan,josé fortJosé Fort

(Ma chronique sur Radio Arts-Mada tous les lundi en direct à 19h)

Les images de Saint Martin, Saint Barthélémy et de plusieurs autres îles des petites Antilles ravagées par le déchaînement du cyclone Irma confirment l’ampleur du cataclysme. Qui pourraient être insensibles à ces scènes de désolation, de désespoir, d’insécurité et d’abandon ?

Le bilan final sera très lourd en pertes humaines et en dégâts matériels. C’est d’abord vers toutes les victimes de ce cataclysme que vont nos pensées et notre solidarité.

Le dépassement du traumatisme prendra du temps. La reconstruction aussi. Mais l’émotion ne doit pas estomper quelques questions incontournables.

Alors que le cyclone était annoncé depuis plusieurs jours « ravageur » et « sans précédent », pourquoi des mesures exceptionnelles n’ont-elles pas été prises avant le déchaînement des éléments ?
Pourquoi les malades, les femmes enceintes, les personnes handicapées n’ont-elles pas été évacuées alors qu’il suffisait de quelques rotations aériennes pour les mettre à l’abri ?
Pourquoi ne pas avoir envoyé des renforts en pompiers, gendarmes, personnels médicaux et de la sécurité civile à temps ? Bref, avons-nous affaire à la tête de l’Etat non pas à des fainéants mais plutôt à des amateurs incapables ?

Il faudra aussi interpeller tous ceux qui, à l’instar du mal nommé président, l’ineffable Trump, refusent de reconnaître la nécessité d’une action concertée afin de préserver la planète. Les cyclones ont toujours existé dans les Caraïbes surtout au mois de septembre. Mais la multiplication du phénomène et son intensité dépassent toutes les prévisions. En cause, le réchauffement des mers et de l’air. Si des mesures drastiques ne sont pas prises au niveau de la planète, la planète se vengera.

Quant au traitement médiatique, il s’est une nouvelle fois distingué par l’indigence et des« oublis » ciblés. Haïti et Cuba n’ont pratiquement pas existé, Miami et la Floride restant le point de repère phare.

Cuba a subi de plein fouet le cyclone. Vous savez ce pays où les commentateurs occidentaux faisant référence aux décisions officielles n’évoquent pas un « gouvernement » mais un « régime ». Ce pays depuis lequel en plein milieu de la tragédie une de mes correspondantes écrivait sur internet je la cite:

« Bonjour! L'ouragan Irma continue sa trajectoire destructrice. A La Havane, le vent a commencé à souffler dès 18h vendredi. Au 24e étage, on se serait cru dans un bateau. La télévision informe en continu. Les jeunes journalistes cubains font un travail formidable sur le terrain. Quant à Rubiera, le météorologue, il fait de tous ses auditeurs des spécialistes en météorologie. Je suis devenue incalable sur les hectoPascals et les vents cycloniques. »

Cuba paysage1.jpgComment expliquer que contrairement aux autres nations victimes de la fureur de la nature, Cuba n’a eu à déplorer que peu de victimes, une dizaine dit-on ?
Comment expliquer cette spécificité cubaine sans pillage, sans violence ? Elle se résume, selon l’universitaire Salim Lamrani, « en deux phases : la « phase informative » et la « phase d’alerte cyclonique ». Tout d’abord, l’ensemble de la population est parfaitement informée des dangers représentés par les cyclones et les ouragans et sait parfaitement comment réagir en cas d’alerte de la Défense civile. Les médias jouent un rôle fondamental et la discipline sociale des citoyens est remarquable. Dès le déclenchement de l’alarme cyclonique, les autorités organisent minutieusement les déplacements des habitants et des touristes en zone sûre. Rien n’est laissé au hasard. Les services sociaux et les comités de Défense de la Révolution, qui sont présents dans chaque quartier, disposent de listes des personnes à mobilité réduite et viennent à leur secours dans les plus brefs délais. »
Ainsi, plus d’un million de personnes ont été évacuées ces derniers jours en prévision de l’arrivée du cyclone Irma. À Cuba, aucune personne n’est abandonnée à son sort par les autorités.

Ce pays d’un peu plus de onze millions d’habitants subit une double peine : le déchaînement des éléments et le blocus économique dont M. Trump vient de signer la reconduction sans réaction indignée de la France, de l’Europe et de leurs soutiers médiatiques. Malgré les énormes dégâts, Cuba digne, rebelle et solidaire vient d’envoyer, au lendemain du passage du cyclone, par pont aérien, plusieurs centaines de médecins et de personnel médical à Antigua, La Barbade, Saint Kitts, Nevis, Santa Lucia, le Bahamas, la Dominique et Haïti. Qui fait mieux ? Il y a ceux qui parlent, il y a ceux qui agissent.

En écrivant ces lignes, je pensais à Ernesto Guevara. Il a fait beaucoup de choses Che. Figurez-vous qu’il a aussi participé aux premières réunions de prévention contre les cyclones et autres ouragans à Cuba au début des années 1960.
L’occasion pour moi de vous annoncer une «première » : le spectacle musical d’une amie de notre radio Mireille Riva. En hommage au Che, ne loupez pas « Lorsque s’allument les brasiers » qui sera présenté vendredi 15 septembre à 21h à la Fête de l’Humanité sur la scène Jazzhuma. En attendant, je vous propose d’écouter cette version originale de la chanson « Hasta siempre ».

 

11:54 Publié dans AL-Pays : Cuba, Cuba music, Environnement, Société | Tags : cuba, ouragan, josé fort | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

10/09/2017

Cuba envoie des médecins à plusieurs îles des Caraïbes ravagées par l'Ouragan Irma .

cuba-doctors.jpg

santiago de Cuba.jpgDes centaines de médecins cubains se rendent dans les iles dévastées des Caraibes sauf dans l'ile "française" de St Martin. C'est aussi ca le "privilège" d'appartenir à la France. "L'aide" sera française ou ne sera pas..

Plus de 750 professionnels de la santé publique sont arrivés à Antigua, Barbuda, le Saint Kitts, Nevis, Santa Lucia, les Bahamas, la Dominique et Haïti.

Il leur a été demandé de suivre les directives du Ministère de la Santé publique (Minsap) et de contribuer à aider au rétablissement des régions qui ont été frappées par l'ouragan.

"la collaboration de l'Unité de Coopération Médicale Centrale, et avec le Centre Minsap de Gestion et nos ambassades, ont maintenu la communication pour évaluer les dégâts et évaluent quelle aide nos propres collaborateurs pourraient fournir", a dit à Granma Regla Angulo Pardo, directrice de l'Unité Centrale de Coopération Médicale à Cuba.

La nation de 11 millions d'habitants a une tradition historique d'envoyer le personnel médical quand d'autres nations en ont besoin, comme pendant la crise Ebola en Afrique occidentale en 2014 et 2015. Une brigade de plus de 600 professionnels cubains de la santé publique est allée en Sierra Leone en 2014 aider à faire face à la crise.

Ils ont aussi envoyé à 1,200 professionnels de la santé publique en Haïti après que la nation ait été frappée par un tremblement de terre en 2010.

30/08/2017

Sécheresse : un avion russe va venir faire tomber la pluie sur Cuba

avion yakovlev.jpg

Pour lutter contre la sécheresse, la Russie va envoyer à Cuba un laboratoire volant, le Yak 42D (42440) pour provoquer chimiquement la formation de nuages capables de produire 80 litres de précipitation par heure.

 Cuba n'en peut plus de la sécheresse qui la frappe depuis plusieurs années consécutives. 80% du territoire national est affecté par ce dérèglement climatique aux lourdes conséquences économiques.139 des 168 municipalités souffrent grandement du manque d'eau.

Un laboratoire volant

Roshydrome (service de surveillance de l'environnement de la Russie fédérale) vient d'accepter l'envoie à Cuba en octobre et novembre 2017, d'un laboratoire volant chargé de générer des nuages ​​par des réactifs chimiques et provoquer ainsi le retour de la pluie. Ces travaux d'ensemencement de nuages ​​sur le territoire cubain devraient faire augmenter artificiellement les précipitations de 80 litres par heure pour un coût total de 1,7 million de dollars.

L'avion que Moscou a accepté d'envoyer à La Havane pour cette mission de deux mois est un appareil spécial utilisé habituellement pour la surveillance de la situation hydrométéorologique et des précipitations régulières. Au cours de cette mission, les spécialistes russes seront rejoints à bord par cinq spécialistes cubains.

Selon les responsables, la sécheresse est un phénomène cyclique dans le pays lié principalement au manque de précipitations. Mais la vague de chaleur qui affecte l'ensemble du bassin caribéen n'arrange pas les choses. Les zones orientales et centrales de l'île sont les plus affectées.
 

secheresse_cuba_pixabay-629263.jpg

17:15 Publié dans AL-Pays : Cuba, Environnement, Science | Tags : cuba, sécheresse, russie, avion | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

28/03/2017

L'hybridation pourrait être fatale au crocodile cubain

Cuban-Croc.jpg

Le crocodile cubain va perdre son identité génétique s’il continue de s’accoupler avec les crocodiles américains. Les scientifiques doivent-ils empêcher la disparition de cette espèce rare ?

ÉTHIQUE. Les scientifiques doivent-ils freiner une hybridation génétique naturelle pour sauver le crocodile cubain de l'extinction ? Crocodylus rhombifer est une espèce placée sur la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN) depuis 20 ans et déclarée en danger critique d’extinction, en raison de la perte de son habitat (exploitation des bois et expansion de l'agriculture) mais également du nombre important de chasseurs de crocodiles.

Depuis 56 ans, le gouvernement cubain tente d'enrayer cette tendance et de sauver cet animal emblématique. Malheureusement, sans beaucoup de résultats : aujourd'hui, il ne reste plus qu'environ mille individus dans la nature. Le centre de reproduction Zapata Swamp Captive Breeding Farm de Cuba a relâché ses 100 premiers crocodiles nés en captivité en janvier 2016. Mais une difficulté supplémentaire s'ajoute : la majorité de ces crocodiles se sont ensuite accouplés avec Crocodylus acutus, espèce américaine, présente également à Cuba.

Un métissage qui rend la conservation de l’espèce difficile

Impossible à déceler physiquement, l’hybridation des crocodiles a été confirmée après l'analyse des tissus d’un animal dans des laboratoires américains au Canada, par Yoamel Milian-Garcia, biologiste à l’université de la Havane, en 2014. 49,1 % des 227 crocodiles cubains sauvages analysés sont hybrides, alors que seulement 16,1 % des 137 crocodiles de captivité présentent des gènes métissés. Le processus serait donc a priori en train de s’accélérer, et pourrait conduire à la disparition de l’espèce cubaine. En effet, les crocodiles américains sont plus influents génétiquement parlant.

Dans la nature en général, et chez les crocodiles en particulier, l’hybridation n'est pas un phénomène nouveau et, à travers l’histoire, beaucoup d’espèces se sont métissées, explique Evon Hekkala, généticien de la Fordham University de New York. Son étude sur les crocodiles du Nil, Crocodylus niloticus, montre que l’espèce actuelle est très différente de celle vivant il y a 2000 ans. Par la suite, les changements rapides de l’écosystème peuvent conduire soit à une disparition de ces hybrides, soit à la pérennité d’une nouvelle espèce. Pour revenir à notre exemple, le crocodile cubain connu jusqu’alors préférait l’eau douce et construisait ses nids sur des monticules, alors que le nouveau est plus tolérant à l’eau salée et fait ses nids dans des trous. Le crocodile américain aurait-il fourni un gène de tolérance à l’eau salée ?

Un symbole de fierté nationale

cubacrocodile.jpgLes cubains ne sont pas prêts à laisser disparaître "leur" espèce. « Nous devons suivre notre instinct, nos idées, notre jugement, et espérer que les générations futures ne nous critiquerons pas », déclare Etiam Pérez, un chercheur en faune exotique de la ferme de reproduction de Cuba.

Selon lui, la situation se trouve dans la fécondation des femelles : leurs œufs d’une même portée peuvent être fécondés par différents pères, ce qui augmenterait la diversité génétique des crocodiles et permettrait de pérenniser l'espèce.

Google-Translate-English to French Traduire français en German  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA   Traduire français en Portuguese   Traduire français en Russian   Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic   Traduire français en danish Traduire français en Greek

18:00 Publié dans AL-Pays : Cuba, Environnement, Société | Tags : crocodylus rhombifer, cuba, disparition | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg