Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/10/2017

Un timbre à l'effigie de "Che" Guevara s'arrache en Irlande

che guevara timbre.jpg

Un timbre à l'effigie de Ernesto "Che" Guevara édite pour le 50ème anniversaire de sa mort s'arrache en Irlande depuis plusieurs jours.

15:37 Publié dans AL-Pays : Cuba, Histoire | Tags : cuba, timbre, che | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

08/08/2017

L’internationalisme des Cubains

cuba centuria_guiteras.jpg

Jean Ortiz, l'Humanité

Qui sait que le contingent le plus nombreux des Brigades Internationales -si on le rapporte au nombre d’habitants du pays- fut le contingent cubain, composé essentiellement de communistes et de révolutionnaires de l’organisation « Joven Cuba » de Guiteras.

Etre solidaires aujourd’hui de Cuba reste donc un devoir internationaliste, une nécessité, mais également -en quelque sorte- une façon de « rendre » ce que ces militants nous ont apporté. Dans certains villages autour de Albacete, on se souvient encore de ces « negros » (Noirs) que l’on regardait comme une curiosité, venus de si loin, supportant mal le froid, qui parlaient espagnol « comme les Andalous ». Ce n’est pas très juste ...

Plus de 1 000 volontaires cubains combattirent en effet dans les Brigades Internationales. Une épopée encore trop méconnue. 850 d’entre eux parvinrent à quitter l’île clandestinement. D’autres partirent de New York avec la Centurie Guiteras...
 
80% des Brigadistes cubains n’avaient aucune expérience militaire mais du courage à revendre et des convictions aussi fortes que le bois d’un palmier royal.
 
Le journaliste cubain (né à Porto Rico), Pablo de la Torriente Brau, intellectuel, communiste, commissaire politique de la Première Brigade de choc de l’Armée Républicaine, nommé par le Général Álvarez del Vayo, constitue la figure emblématique de ces Brigadistes « tropicaux ». Ami du poète Miguel Hernández (fauché en peine maturation par le franquisme), Pablo embarque le premier septembre 1936 de New York sur le bateau « Ile de France ». Il est sans doute le tout premier hispano-américain à traverser le « charco », l’océan, pour aller « mourir à Madrid », à Majadahonda. A Cuba, sa mémoire relève de l’intouchable, du vivant, de l’actuel.
 
Qui connaît « chez nous » l’épopée des Brigadistes français, ce « grand récit » qui « sent trop le communisme » ? Quelle politique de la mémoire en France ? Si l’association ACER qui souffle sur les braises de cette histoire, qui la fait vivre, n’existait pas, les Brigadistes auraient sans doute sombré dans l’oubli. Les classes dominantes s’acharnent à « décommuniser » l’antifascisme... Les communistes ne le monopolisèrent pas mais en furent globalement la colonne vertébrale. Rappeler cela dérange... Il faut assimiler le communisme exclusivement à la torture, au goulag, au sang, et il y en eut...
 
Les figures internationalistes sont quasi oubliées en France, et très présentes à Cuba, objet de commémorations au contenu idéologique soutenu, qui ne sont pas seulement l’arbre qui cache la forêt... « Morts pour la patrie », certes... Au nom de quels idéaux ?
 
Lorsque je vivais à Cuba, je découvris des « héros » comme le Cubain Alberto Sánchez, commandant de la Première Brigade de la Onzième division, tombé les armes à la main à Brunete. Il fut l’un des assaillants de la caserne de la Montaña à Madrid. Devenu membre du PCE, il passa au “Quinto Regimiento”. « Alberto le Cubain”, « una flor de violentos pétalos abrazadores » (Nicolás Guillén).
 
Le Cubain Policarpio Candón commandait une Brigade mixte. Il mourut au combat, en première ligne, le 26 janvier 1938. C’est le Cubain qui obtint le grade le plus élevé dans l’Armée Républicaine des Espagnes. Et combien d’autres « valientes » ?
Julio Valdés Cofino, membre de « Joven Cuba », capitaine, mort à Brunete,
les officiers Enrique Montalván, Fernández Marthen, tombés respectivement à Brunete et à Belchite, Rodolfo de Armas, organisateur et chef de la Centurie Guiteras, devenu lieutenant colonel, tombé à Morata de Tajuna (bataille du Jarama). Une mort héroïque ; blessé, il refusa tout soin et combattit jusqu’au bout... Et puis l’aviateur Lino García. Oui, un aviateur cubain brigadiste.
 
Au côté du corps de Pablo de La Torriente Brau gisait celui de Pepito, un gamin espagnol orphelin, que Pablo avait adopté à Alcalá de Henares.
 

11:53 Publié dans AL-Pays : Cuba, Histoire | Tags : cuba, espagne, brigade internationale | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

26/11/2016

Cuba, c’est fini ?

cuba1.jpg

Cuba ou une île et son peuple qui ne seront jamais ordinaire !

par José Fort

« Tu ne crois pas qu’il faut, vite, faire un tour à Cuba, après il sera trop tard ? » Combien de fois ai-je entendu cette question au cours des dernières semaines ? Depuis le rétablissement des relations diplomatiques entre Washington et La Havane, le voyage d’Obama dans la Grande Ile, le débarquement massif des touristes, la multiplication des vols aériens entre les capitales du monde entier et les principales villes cubaines, après l’ouverture de la zone spéciale, après, après, après… les courageux et honnêtes défenseurs de la révolution et ceux qui rêvent de la détruire s’interrogent de la même manière avec des objectifs différents : « Cuba, c’est fini ? »

Il n’est pas exagéré de poser la question. L’argent, le fric, le business, les combines, ne vont-ils pas pervertir les idéaux révolutionnaires ? Ne convient-il pas mieux de s’interroger autrement : le peuple cubain qui a enduré tant de privations découlant d’un blocus économique criminel décrété par la première puissance mondiale, qui a résisté aux provocations, au terrorisme inspiré par les officines yankees, CIA en tête, n’a-t-il pas le droit lui aussi de vivre mieux, plus confortablement, dans la sécurité, avec de meilleurs salaires, libre de décider son destin et ouvert sur le monde ? Il est inutile de chercher à tout prix à mourir beaux, cela n’empêche pas de passer à trépas souffrants et amers.

Je suis toujours étonné, à propos de Cuba, de lire et d’entendre tant d’imbéciles sphériques. Tu peux les tourner dans n’importe quel sens, ils se révèlent toujours aussi stupides ânonnant comme leurs ancêtres et cela depuis plus de 50 ans les mêmes clichés, les mêmes formules, les mêmes preuves d’inculture à la parisienne décadente. Aucune connaissance de l’Histoire cubaine dans sa lutte légendaire pour l’indépendance et donc incapable de comprendre l’éternelle aspiration à la souveraineté, véritable ciment de la société. Insuffisance, aveuglement, bref ignorance crasse, caractérisent ces messieurs dames donneurs de leçons repliés dans leurs certitudes et leur incompétence. Cuba n’est pas à vendre, le démontre et va continuer de le démontrer. Croyance mystique ou réalité ?

Dans un monde aussi complexe tant sur le plan économique que social et politique, Cuba ne peut rester un îlot isolé dans une planète en surchauffe. Comme toutes les sociétés, la société cubaine évolue, aspire à des changements et regarde ailleurs, espère tirer profit du meilleur. Et alors ?

Cuba poursuit son chemin dans un environnement défavorable. Avec un objectif : construire un socialisme moderne à la cubaine. Dirigeants et experts ont beaucoup voyagé ces derniers temps. Ils sont partis observer les expériences ici et là. Au retour, ils ont mis dans un pot commun, bien agité l’ensemble avec un ingrédient essentiel : la sauce cubaine, celle qu’on ne retrouve nulle part ailleurs. Dans le même mouvement, une nouvelle génération de cadres et de dirigeants se met progressivement en place, les vieux dirigeants de la révolution laissant la place et prenant une retraite méritée. Le récent congrès du parti communiste cubain vient de s’imprégner de ces changements avec comme ambition affichée la construction d’un socialisme adapté à une société moderne et cultivée. Bonne chance Cuba.

José Fort

cubafidel.jpgTémoignage d'une jeune française qui suit des études à la Havane

Appel de Maïssara "j étais en boîte de nuit à la Havane. ..quand le DJ a allumé les lumières, puis changé la chaîne de la télévision qui diffusait du sport pour passer sur l allocution de Raul Castro.

Le visage de Fidel apparaît et le DJ nous annonce qu il est "parti". Consternation, tristesse. ..puis tout le monde chante l hymne national Cubain."

Google-Translate-English to French Traduire français en German  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA   Traduire français en Portuguese   Traduire français en Russian   Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic   Traduire français en danish Traduire français en Greek

 

13:07 Publié dans Actualités, AL-Pays : Cuba, Histoire, Point de vue | Tags : cuba, fidel castro, josé fort | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg