Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/09/2014

Comment les cubains ont converti leur île au bio

cubabio.jpg

Les écologistes du monde en entier en rêvent, les Cubains l’ont réalisé. Depuis plus de vingt ans, l’île s’est convertie à l’agriculture biologique. Nécessité, possibilité et volonté ont été les clés de cette success story !

1989. Chute du Mur de Berlin. Deux ans plus tard, effondrement du bloc soviétique. Cuba perd alors son principal fournisseur de pétrole, de matériel agricole, d’engrais chimiques et autres pesticides. Avec la disparition de l’URSS et des anciens pays de l’Est, qui achetaient ses produits à prix constants, l’île perd aussi des marchés juteux, notamment celui du sucre, dont elle exportait 85% de sa production.

Tous les ingrédients sont réunis pour que le pays plonge dans le chaos. D’autant que le blocus américain se resserre. Pour Cuba, c’est le début d’une nouvelle ère, de cette « période spéciale en temps de paix » annoncée en 1992 par Fidel Castro et qui durera cinq ans, autrement dit une période de grave crise économique : le produit intérieur brut (PIB) chute de 35 %, le commerce extérieur de 75%, le pouvoir d’achat de 50% et la population souffre de malnutrition.

« Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait » (Marc Twain)

Nécessité fait loi. Afin de satisfaire ses besoins alimentaires, la population se lance dans la culture de fruits et légumes. « Les Cubains avaient faim, explique Nils Aguilar, réalisateur du film Cultures en transition. Ce sont eux qui ont fait les premiers pas en occupant les terres dans un mouvement spontané ». Des milliers de jardins, « organoponicos », fleurissent sur des petits lopins de terre, sur les terrasses, entre les maisons, sur d’anciennes décharges, au milieu des terrains vagues, bref dans le moindre interstice laissé vacant.

Outre la culture, on y pratique souvent l’élevage de petits animaux : poules, lapins, canards, cochons. « Les principaux acteurs du mouvement agro-écologique, ce sont les paysans eux-mêmes, affirme Dorian Felix, agronome, spécialisé dans l’agroécologie tropicale, en mission à Cuba pour l’association Terre et Humanisme. Ils ont expérimenté ces pratiques, les ont validées et diffusées. Leur mobilisation et celle de la société civile tout entière a été, et reste, très importante. »

Le boom de l’agriculture urbaine

Dans la foulée, le gouvernement entame une transition forcée. Produire de la nourriture devient une question de sécurité nationale. A partir des années 1990, l’accent est mis sur la production locale, à partir de ressources locales, pour la consommation locale. L’Etat distribue des terrains à qui veut les cultiver et développe une agriculture vivrière et biologique de proximité : sans pétrole pour faire fonctionner les tracteurs, on recourt à la traction animale ; sans engrais chimiques ni pesticides, on redécouvre le compost, les insecticides naturels et la lutte biologique.

« C’est une véritable révolution verte, confirme Nils Aguilar. Dans ce pays, tout le monde est impliqué, j’ai eu la surprise d’entendre un chauffeur de taxi me vanter les prouesses de l’agroécologie ! Cuba développe une agriculture post-industrielle et prouve que ces techniques peuvent nourrir les populations ». Aujourd’hui, la main-d’œuvre agricole a été multipliée par dix. D’anciens militaires, fonctionnaires et employés se sont convertis ou reconvertis à l’agriculture, car nombre d’entre eux avaient été paysans auparavant. Chaque école cultive son potager, les administrations ont leur propre jardin, fournissant les légumes aux cantines des employés.

Phénomène sans précédent, l’agriculture urbaine s’est développée comme nulle part ailleurs dans le monde. L’île compte près de 400 000 exploitations agricoles urbaines, qui couvrent quelque 70 000 hectares de terres jusqu’alors inutilisées et produisent plus de 1,5 millions de tonnes de légumes. La Havane est à même de fournir 50% de fruits et légumes bios à ses 2 200 000 habitants, le reste étant assuré par les coopératives de la périphérie.

Révolution verte à la cubaine

En 1994, les fermes d’Etat productivistes sont progressivement transformées en coopératives pour fournir en aliments les hôpitaux, écoles, jardins d’enfants. Quant au reliquat de la production, il est vendu librement sur les marchés. Universitaires, chercheurs, agronomes sont mis à contribution pour diffuser les techniques de l’agroécologie. Un réseau de boutiques vend semences et outils de jardinage à bas prix, prodiguant également aux clients des conseils d’experts. Et dans toutes les villes du pays, on enseigne l’agriculture biologique par la pratique, sur le terrain. Bien plus qu’un simple transfert de connaissances technologiques, il s’agit de « produire en apprenant, d’enseigner en produisant et d’apprendre en enseignant. »

L’impact de cette révolution verte est multiple : réduction de la contamination des sols, de l’air et de l’eau, recyclage des déchets, augmentation de la biodiversité, diversification des productions, amélioration de la sécurité alimentaire, du niveau de vie et de la santé, création d’emplois – notamment pour les femmes, les jeunes et les retraités.

C’est aussi une politique moins centralisée qui s’est mise en place, donnant davantage de marge de manœuvre aux initiatives individuelles et collectives autogérées. Le mot d’ordre dominant : « Décentraliser sans perdre le contrôle, centraliser sans tuer l’initiative ». Dans les villes, ce principe a permis de promouvoir la production dans le quartier, par le quartier, pour le quartier, en encourageant la participation de milliers de personnes désireuses de rejoindre l’initiative.

Aujourd’hui, Cuba produit pour sa consommation plus de 70% de fruits et légumes, ce qui ne lui garantit pas une totale autonomie alimentaire, dans la mesure où elle dépend encore des importations de riz et de viande, notamment. Mais, selon les critères de l’ONU, « le pays a un indice de développement humain élevé et une faible empreinte écologique sur la planète ».

Si demain les importations de nourriture devaient s’arrêter, les habitants seraient beaucoup moins en péril que ceux d’un pays comme la France, qui dispose seulement de quelques jours de réserves dans ses supermarchés (d’après le Ceser – Conseil économique, social et environnemental Ile-de-France -, la région dispose de quatre jours de réserves alimentaires).

Il aura fallu une crise pour que Cuba découvre les vertus de l’agroécologie, de la permaculture, de l’agroforesterie ou encore du sylvopastoralisme. L’île a-t-elle réussi pour autant sa transition énergétique ? En partie seulement.

La consommation de pétrole a redémarré en 1993 grâce à (ou à cause de ?) la production nationale et à l’aide du Venezuela qui lui fournit près de 110 000 barils de pétrole par jour. Mais on peut parier que le pays ne pourra plus faire machine arrière. Car au-delà de la révolution agricole, les initiatives individuelles et collectives ont prouvé que les Cubains pouvaient prendre en main leur destin. Une véritable révolution culturelle !

Par Frédérique Basset pour Kaizen

 

Texte extrait du dossier “Plus forts ensemble” de Kaizen 11.

12:33 Publié dans AL-Pays : Cuba, Economie, Société | Tags : cuba, alimentation, bio | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

18/08/2014

L'EXPRESS ET CUBA : UN COMBAT DE CLASSE !

100_9105.JPGSans "riches" pas de salut !  la cupidité comme moteur de l'économie.
Dans l'Express Christine Kerdellant compare la France à Cuba !
par Michel Taupin

L'Express avec Cuba, c'est comme le Klu Klux Klan avec les noirs américains : une haine viscérale qui voue aux gémonies tout ceux et tout ce qui les dérangent, avec un mépris profond pour les êtres ou les politiques qui s'opposent à eux. Comme le Klu Klux Klan qui revendique la suprématie blanche, l'Express lui revendique la suprématie du capitaliste ultralibéral. Alors on se permet le pire ! Avec l'Express, c'est le lynchage médiatique systématique de Cuba !

En août, c'est la chroniqueuse Christine Kerdellant, journaliste, ancienne directrice du Figaro Magazine, qui s'y colle. Avec un texte intitulé "La France victime du syndrome de Cuba" on peut être sûr que son seul but est de flétrir à la fois la France et Cuba. L'idée de sa chronique est de taxer la France du même immobilisme dans lequel "l'île des Castro" (sic) s'est figée depuis 50 ans. Bref, comme Cuba, "la France est à l'arrêt", "la croissance est en berne", la France ne cesse de dévisser". Comme elle le dit elle-même, "le parallèle est osé". Mais il est bien plus qu'osé, il est imbécile, malhonnête, arrogant, mensonger, crapuleux et indécent.

100_9168.JPGImbécile en effet, quand vous comparez Cuba, un pays pauvre des Caraïbes, à la France, pays riche d'Europe. La Banque Mondiale s'y refuse évidemment tant les ressources, les infrastructures et les disparités géographique, historique, culturelle, démographique et économique sont différentes et le pays étranglé par le blocus étatsunien.

Malhonnête, car vous cachez volontairement à vos lecteurs le blocus criminel que les USA infligent à Cuba depuis 53 ans et qui lui a été (et lui est encore) terriblement dommageable au plan de son développement économique puisque cette vengeance anachronique lui a déjà fait perdre 1100 milliards de USD, sachant que le PIB annuel de Cuba sous blocus s'élève aujourd'hui à environ 80 milliards USD. A quoi il faut ajouter la part de budget importante que Cuba doit consacrer à sa défense pour se préserver des attentats et agressions multiples que le pays subit toujours de la part de l'Empire. N'en parler jamais est à la fois une faute journalistique inexcusable et une véritable escroquerie.

Arrogant, lorsque vous jetez sur Cuba ce regard méprisant et condescendant qu'ont les nantis, installés bien au chaud dans leur appartement cossu du 16ème et que vous jugez, péremptoire, que les cubains n'inventent plus parce qu'on "ne leur permet pas de devenir riches". Pour vous et votre dogme néolibéral, le moteur de l'activité économique ne saurait être autre chose que la cupidité ! Mais Madame Kerdellant, comment faire fortune sinon au détriment de la majorité, par le vol et l'exploitation d'autrui ? Citez moi une autre manière de s'enrichir qui ne fasse pas appel à ces deux là ?

100_9322.JPGMensonger puisque vous affirmez que la croissance cubaine est au point mort. Or c'est tout le contraire, jugez plutôt : la croissance annuelle moyenne du PIB de Cuba a été entre 1971 à 2010 de 3,2% (malgré une chute vertigineuse entre 1988 (3,8%) et 1993 (-15%) due à l'écroulement des échanges commerciaux avec les Pays de l'Est). Elle est remontée dès 1994 pour atteindre 8% en 1996 et, jusqu'en 2012 (derniers chiffres enregistrés par la BM), en net redressement, elle a connu une moyenne de 4,8%. Or, si la croissance moyenne du PIB de la France entre 1961 et 2012 est la même que Cuba (3,2%), de 1996 à 2012, elle n'a été que de 1,57% avec une chute importante en 2008 et 2009... qui continue. Cela signifie que Cuba n'est pas, comme vous l'affirmez, immobile, mais au contraire de la France, un pays qui cherche en permanence à faire évoluer sa démarche révolutionnaire socialiste vers plus d'initiative, d'efficience, d'équité et de bien-être dans la mesure de ses moyens.

Crapuleux, quand vous moquez les transports, effectivement difficiles à Cuba, en ne donnant comme raison à ces difficultés que le fait suivant : "les malheureux cubains ne peuvent s'acheter de voitures individuelles bien trop chères" ! Or la politique éco-socialiste cubaine est tout le contraire de l'individualisme forcené et du consumérisme ravageur qui sont deux des raisons de l'appauvrissement intellectuel et de la dépendance d'un peuple. La priorité du gouvernement cubain est le développement des transports publics accessibles à tous et la préservation de l'environnement. Mais comme vous le savez, elle se heurte au blocus étatsunien et à l'extra-territorialité des lois américaines qui le régissent (crédits bancaires impossibles, paiements comptant obligatoires et prix très élevés), et les empêchent de développer les infrastructures lourdes et d'acheter des véhicules et les pièces de rechange nécessaires à leur entretien.


100_9004.JPGEt les vieilles voitures américaines qui roulent nombreuses à Cuba et qui font frémir votre petit cœur de VRP du capitalisme (elles font désormais partie du patrimoine culturel cubain), subissent le même sort puisque leurs propriétaires ne peuvent se procurer de pièces de rechange. L'entretien de ces monuments historiques est bien le seul domaine d'ailleurs où vous reconnaissez aux cubains de l'imagination et de l'inventivité ! Quant au prix des voitures importées, vous êtes aussi sérieuse qu'un clown dans un cirque : Cuba importe ses véhicules au prix fort (tarif moyen appliqué en local) et les taxes que Cuba prélève, servent à développer et moderniser les transports en commun. Il est évident que le revenu moyen des cubains ne peut leur permettre de se payer des voitures individuelles neuves. Et la frustration des cubains n'est pas tant comme vous l'affirmez, l'impossibilité de s'offrir une bagnole (même si cela flatte l'égo) mais dans le fait que Cuba est empêché par l'Empire de développer et moderniser son réseau de Transports Publics. Ce que vous n'arrivez pas à rentrer dans votre petite tête préformatée d'HEC, c'est que Cuba est socialiste et préfère le partage à l'égoïsme destructeur d'une consommation insatiable.

cuba,espress,économie,sociétéIndécent, quand vous affirmez que les forces vives d'un pays, ce sont "les riches" qui, seuls selon vous, inventent, innovent. Sans les riches dites-vous, point de salut. Par conséquent, les pauvres sont responsables de leur propre indigence puisqu'ils n'ont aucune imagination et n'osent prendre aucun risque. Puis, sentencieuse, vous assénez : "Un pays qui refuse la logique de l'économie de marché, est un pays mort-vivant". Une logique dévastatrice qui plonge une part toujours plus grande de la population française non seulement dans la pauvreté (9 millions) mais de plus en plus dans la misère(2,5 millions) avec parallèlement un nombre de super-riches qui s'accroît, affichant des fortunes indécentes. D'un côté donc une concentration accrue des richesses, de l'autre une explosion de la pauvreté ! Robespierre disait en son temps : "Le fléau des peuples ce sont les riches. L'intérêt du peuple est l'intérêt général, celui des riches est l'intérêt particulier". Rien n'a changé, seules les féodalités sont passées dans d'autres mains. Des féodalités qui nous enfoncent dans l'obscurantisme du Moyen-âge. C'est un dessein inhumain et mortifère.

100_9112.JPGA Cuba, depuis la Révolution, c'est une projet de société autrement plus vivant et humaniste qui est proposé. Une toute autre logique est en œuvre à Cuba, malgré ses faibles ressources et les obstacles mis sur sa route, c'est la logique du partage ! Après le triomphe de la Révolution, les riches capitalistes cubains n'ont jamais voulu partager avec le peuple. Il s'en suivit une série de nationalisations dont les profits ont été enfin redistribués au peuple lui-même. Le socialisme cubain était en marche soutenu par l'une des formes de démocratie les plus avancées, la démocratie participative. Et, comme vous le dites peu et mal, il a permis au pays d'éradiquer la misère et la discrimination raciale, d'éduquer, de soigner, de loger, de cultiver toute la population sans exception.

100_9490.JPGCette logique que vous exécrez tant, a ouvert des droits nouveaux, inconnus jusqu'alors, comme l'égalité des droits hommes-femmes, l'interdiction du travail des enfants, la prise en charge des anciens, le respect de la diversité sexuelle et la défense de l'environnement pour n'en citer que quelques uns.
Cette logique que vous haïssez tant, a permis au peuple cubain de retrouver sa dignité, sa fierté et sa joie de vivre, et a fait de Cuba un pays phare détesté par les cupides mais aimé par tous les humanistes. Imaginez un petit instant, Mme la chroniqueuse, que Cuba ait disposé depuis 1960 de toute sa liberté, de sa souveraineté pleine et entière et de tous les moyens financiers dont les USA l'ont privé depuis 50 ans, imaginez alors ce qu'aurait pu être Cuba aujourd'hui ! C'est la peur de voir le modèle capitaliste KO qui fait que l'Empire refuse de voir cette expérience se développer sans entrave. Cuba résiste parce que son peuple sait depuis longtemps que le système que vous proposez est un leurre et que si le socialisme cubain est perfectible, le peuple dans son immense majorité lui est acquis et ne voudra jamais revenir aux temps d'avant la Révolution. Alors vous enragez.

Vous auriez dit : "Seuls souffrent de l’horreur du monde ceux qui en ont vu la beauté." Je partage cet aphorisme en le précisant : "Voyez la beauté de Cuba et vous souffrirez sans doute plus encore des horreurs de votre monde".

Michel Taupin, Cuba Si

Photos et vidéo E-Mosaïque

04/08/2014

BRICS : le camouflet des pays émergents à l’hégémonie américaine

BRICS-9a661.jpg

En annonçant à Fortaleza (Brésil), la création de leur propre banque de développement et de leur propre fonds de devises, les pays émergents des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du sud) sont en passe non seulement de torpiller l’ordre monétaire international, mais de déclencher une révolution géopolitique à l’échelle planétaire.

Car si le projet des BRICS va à son terme, c’est bien l’hégémonie américaine héritée de la Seconde guerre mondiale et l’omnipotence du roi-dollar consacrée lors des accords de Bretton Woods en 1944 qui seront battues en brèche.

Résumons succinctement les conditions techniques de l’opération :

  • la Nouvelle banque de développement (NBD) aura un capital initial autorisé de 100 milliards de dollars ;
  • chaque pays membre participera selon ses moyens ; d’autres pays pourront s’adjoindre à la fine équipe, mais les BRICS se réserveront une part de contrôle minimum de 55% du total.
  • l’ensemble sera opérationnel avant la prochaine réunion des BRICS, dès 2015 ; le siège de la banque sera située à Shangaï ;
  • les échanges entre les pays membres s’effectueront directement dans l’une ou l’autre des monnaies de leur cru (et non plus en passant par le billet vert US).

Les conséquences géopolitiques

Les conséquences de ces décisions sont sans appel pour le vieil ordre occidental chancelant :

  • Le dollar y perd son hégémonie de monnaie-étalon qui permettait entre autres aux Etats-Unis de faire financer leur énorme dette par les autres pays ;
  • la Banque mondiale et le FMI, pièces maîtresses du système occidental, perdent une grande part de leurs moyens exclusifs de pression ;
  • L’arme de dissuasion financière dont disposait exclusivement Washington voit sa force d’impact considérablement réduite ;
  • un bouleversement d’envergure en matière de répartition des ressources mondiales apparaît comme de plus en plus probable à assez brève échéance (notons que lors du sommet de Fortaleza, Vladimir Poutine a aussi proposé une association énergétique à ses partenaires).

Vers un nouvel ordre monétaire international

Le camp occidental tente bien sûr de faire bonne figure devant l’annonce. Quand ils ne font pas silence, ses médias s’emploient à essayer d’en banaliser la portée. Mais le camouflet est cuisant pour le vieux système néolibéral septuagénaire. Et la réponse de Poutine aux sanctions américaines et européennes, cinglante.

Pour tout dire, il ne fallait pas être fin analyste pour savoir que les mesures radicales prises par les BRICS pendaient depuis longtemps aux nez du suzerain américain et de ses commensaux européens.

Il y eut cette alerte d’octobre 2009. Puis ce tout récent accord gazier entre la Russie et la Chine, précipité par les manigances de l’Otan en Ukraine (après l’Irak, la Libye, la Syrie...), mais aussi par les inconséquences financières de la Fed qui, en janvier 2014, firent vaciller les monnaies des BRICS.

En décrétant leur émancipation, les pays émergents ouvrent la voie à une refondation de l’ordre monétaire global, condition sine qua non à l’avènement du monde d’après.

Article publié par Politis

30/07/2014

Les îles Salomon ouvrent la première ambassade océanienne à Cuba

ile salomon,cuba,coopérationLA HAVANE, mardi 29 juillet 2014 (Flash d’Océanie) – Gordon Darcy Lilo, Premier ministre des îles Salomon, a créé une première le 24 juillet 2014 en inaugurant la première ambassade d’un État océanien à Cuba, sur fond de coopération médicale et éducative.

Cette coopération avec La Havane a été lancée il y a quelques années, avec l’envoi sur place d’étudiant salomonais dont un premier groupe d’une vingtaine de jeunes Océaniens devrait prochainement arriver en fin de cursus, au terme de six années d’études et obtenir leurs diplômes de l’école de médecine.
À terme, cet accord de coopération éducative et sanitaire prévoit de former une centaine de jeunes Salomonais et pourrait ensuite s’étendre à d’autres secteurs comme l’agriculture et le tourisme.

L’ouverture officielle de la première ambassade océanienne à Cuba, qui fonctionnait de fait depuis mars 2013, a été qualifiée d’ « historique » par Rodrigo Malmierca Diaz, ministre cubain du commerce extérieur ainsi que par Rogelio Sierra, chef de la diplomatie à La Havane.

« Notre coopération est basée sur des valeurs de fraternité et de solidarité, ainsi que de respect de la souveraineté nationale et de l’égalité », a souligné M. Darcy Lilo à La Havane en procédant à l’inauguration de cette première mission diplomatique.Il a aussi applaudi la contribution cubaine en vue d’améliorer les systèmes de santé des îles Salomon et de l’Océanie insulaire.

Le chef de l’exécutif salomonais a aussi rappelé les « nombreux défis communs » auxquels doivent faire face les pays océaniens et des pays des Caraïbes, comme les changements climatiques, la gestion des risques liés aux catastrophes naturelles, la dépendance énergétique ou encore la sécurité alimentaire.
Cuba, dans les mêmes secteurs, a aussi enclenché depuis cinq ans une coopération active avec des États océaniens voisins comme Fidji ou encore Vanuatu.

ILES SALOMON ( Centre Océanie )

ile salomon,cuba,coopérationGéographie : Situées au Sud de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, l'archipel des 900 Îles Salomon est composé d'îles volcaniques ou d'atolls coralliens dont les plus importantes sont les îles Choiseul, Santa Isabel Guadalcanal (où siège la capitale), Malaita, San Christobal et Nouvelle Géorgie.

Les îles volcaniques présentent un relief accidenté sur lequel courent des forêts tropicales.

Les atolls coralliens ont quant à eux un relief plat. Le point culminant de l'archipel est le mont Makarakomburu qui culmine à 2 447 mètres.

Régime politique :
Monarchie parlementaire (le monarque anglais est représenté par un gouverneur)(Membre du Commonwealth)

Capitale : Honiara

Langues : Officielle : anglais, pidgin mélanésien

Usuelle : 120 langues vernaculaires (langues papoues, gilbertais…)

Superficie : 28 450 km²

Population : 477 000 habitants