Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/10/2014

PEROU : Dans les Andes... (carnet de voyage 3)

condor-canyon-colca.jpg

En quittant la ville d’Arequipa, les portes du désert d’Acatama laissent entrevoir l’aridité du climat. Et si certains préfèrent longer la Panaméricaine, pour nous, ce sera, la transocéanique. La route se fait plus poussiéreuse.

Les maisons qui grignotent chaque jour davantage les pieds du volcan Chachani ont quelque chose d’inachevées. Souvent en briques, dépourvues d’eau et d’électricité, elles accueilleront plusieurs générations qui bâtiront à tour de rôle leur étage. Il y a encore un quart de siècle, ces lieux étaient inhabités. Aujourd’hui, ils voient arriver une population poussée de la ville. Ce sont les exclus de la croissance. Et ils sont nombreux au Pérou…

Nous voilà donc partis en direction du Canyon du Colca, l’un des plus profonds au monde avec ses 3680 mètres de hauteur. 
Premières sensations de vertiges dans les altitudes. En cette saison sèche, l’altiplano a des allures de farwest, version andine. Les volcans s’enchaînent. Pas moins de 180. On circule parfois au sein d’un cratère éventré. Au loin, la fumée de ces trous béants en activité se confond avec les nuages. Il y a quelque chose de magique devant tant de grandeur.
 
Quelque chose de majestueux qui vous remplit les yeux. On dit au Pérou qu’il faut prendre le temps de digérer ce que l’on voit. Face à l’immensité des plateaux, des dénivelés, des couleurs, de la faune et de la flore, on comprend mieux pourquoi. Les Andes sont la colonne vertébrale de l’Amérique latine qui s’allonge du Venezuela jusqu’au Chili. En redescendant vers la Vallée du Colca, qui veut dire littéralement le grenier, le regard ne peut que s’arrêter sur les terrasses millénaires qui structurent les pentes extrêmes. Incroyables créations des civilisations pré-incas, elles sont aujourd’hui encore fertiles, fruits du travail constant de la main de l’homme et la femme.
 
Cette dernière est une figure centrale de la vie paysanne. On la voit courbée, quasi recroquevillée, s’échinant à soulever la terre. On l’aperçoit en train de semer ou encore de récolter. Puis on la retrouve sur les marchés, coiffée et vêtue de ses habits traditionnels qui sont pour elle une seconde peau, devant des sacs gonflés de ses multiples efforts pour vendre les milles et une sorte de papas (patates), de quinoa…
Cathy Ceïbe
 
Dans le cadre des voyages organisés en partenariat avec l’Humanité et France Amérique latine, un groupe de 17 personnes s’est rendu au Pérou du 19 septembre au 1er octobre. Du lac Titicaca à la Vallée du Colca où la cordillère des Andes offre un spectacle rare, de la vallée sacrée où se trouve la merveille du Machu Picchu en passant par les luttes des porteurs ou encore le quotidien des communautés andines, quatorze jours durant, nous avons pu découvrir les facettes d’un pays aux immenses paysages et multiples cultures.

- See more at: http://www.humanite.fr/blogs/dans-les-andes-colonne-verte...

Dans les Andes, colonne vertébrale de l’Amérique latine

En quittant la ville d’Arequipa, les portes du désert d’Acatama laissent entrevoir l’aridité du climat. Et si certains préfèrent longer la Panaméricaine, pour nous, ce sera, la transocéanique. La route se fait plus poussiéreuse. Les maisons qui grignotent chaque jour davantage les pieds du volcan Chachani ont quelque chose d’inachevées. Souvent en briques, dépourvues d’eau et d’électricité, elles accueilleront plusieurs générations qui bâtiront à tour de rôle leur étage. Il y a encore un quart de siècle, ces lieux étaient inhabités. Aujourd’hui, ils voient arriver une population poussée de la ville. Ce sont les exclus de la croissance. Et ils sont nombreux au Pérou…
Nous voilà donc partis en direction du Canyon du Colca, l’un des plus profonds au monde avec ses 3680 mètres de hauteur. 

 
 
Premières sensations de vertiges dans les altitudes. En cette saison sèche, l’altiplano a des allures de farwest, version andine. Les volcans s’enchaînent. Pas moins de 180. On circule parfois au sein d’un cratère éventré. Au loin, la fumée de ces trous béants en activité se confond avec les nuages. Il y a quelque chose de magique devant tant de grandeur. Quelque chose de majestueux qui vous remplit les yeux. On dit au Pérou qu’il faut prendre le temps de digérer ce que l’on voit. Face à l’immensité des plateaux, des dénivelés, des couleurs, de la faune et de la flore, on comprend mieux pourquoi. Les Andes sont la colonne vertébrale de l’Amérique latine qui s’allonge du Venezuela jusqu’au Chili. En redescendant vers la Vallée du Colca, qui veut dire littéralement le grenier, le regard ne peut que s’arrêter sur les terrasses millénaires qui structurent les pentes extrêmes. Incroyables créations des civilisations pré-incas, elles sont aujourd’hui encore fertiles, fruits du travail constant de la main de l’homme et la femme. Cette dernière est une figure centrale de la vie paysanne. On la voit courbée, quasi recroquevillée, s’échinant à soulever la terre. On l’aperçoit en train de semer ou encore de récolter. Puis on la retrouve sur les marchés, coiffée et vêtue de ses habits traditionnels qui sont pour elle une seconde peau, devant des sacs gonflés de ses multiples efforts pour vendre les milles et une sorte de papas (patates), de quinoa…
Cathy Ceïbe
 
Dans le cadre des voyages organisés en partenariat avec l’Humanité et France Amérique latine, un groupe de 17 personnes s’est rendu au Pérou du 19 septembre au 1er octobre. Du lac Titicaca à la Vallée du Colca où la cordillère des Andes offre un spectacle rare, de la vallée sacrée où se trouve la merveille du Machu Picchu en passant par les luttes des porteurs ou encore le quotidien des communautés andines, quatorze jours durant, nous avons pu découvrir les facettes d’un pays aux immenses paysages et multiples cultures.
- See more at: http://www.humanite.fr/blogs/dans-les-andes-colonne-vertebrale-de-lamerique-latine-554109#sthash.4Rmp7A8R.dpuf

14/10/2014

CUBA MUSIC / SOY DE CUBA

17:34 Publié dans AL-Pays : Cuba, Cuba music, Culture, Musique, Vidéo | Tags : musique, soy de cuba | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

27/09/2014

TROIS ARTISTES CUBAINS EXPOSES AU COEUR DE PARIS !

palenque3.jpg

Le siège du PCF, situé au cœur de Paris et construit par le célèbre achitecte communiste Brésilien Oscar Niemeyer est devenu  un lieu d'expositions unique comme l'a souligné Pierre Laurent a l'occasion de son discours (voir la vidéo en cliquant sur cette ligne) pour présenter la nouvelle exposition Palenque ("Palenque" signifie "territoire d'esclaves fugitifs" en espagnol. )  dans le cadre du 20ème anniversaire du projet de l'UNESCO 'la route des esclaves' pour contribuer à la reconnaissance de la culture africaine dans les Caraïbes et renforcer les liens entre l'Afrique et les Antilles. 

palenque6.jpgCette exposition de grande qualité est consacrée à trois peintres dessinateurs, et scupteurs Cubains : Augustin Cardenas, Jésus Gonzales (aujourd'hui disparus) et Lorenzo Padilla qui était présent à côté de Pierre Laurent à l'occasion du vernissage de l'exposition.

Ces œuvres mettent en exergue la relation entre leurs travaux et les cultures africaines.

palenquerenoncement.jpgLes toiles de Lorenzo Padilla particulèrement sont submergées de couleurs, évoquent les esprits du monde maya de ses origines et vous font entrer dans un monde occulte et mystérieux.

Ses huiles et pastels sensibles et profonds sont traitées avec une palette musicale au rythme emporté et juste qui se répand comme une symphonie.

place du colonel fabien,pcf,palenque,lorenzo padilla,pierre laurentLes sculptures de Agustin Cardenas (1927-2001) montrent une modernité-autre, celle des symbioses et de la synthèse à travers des formes inédites (ici son oeuvre le petit cheval d'une très grande pureté). Il est un des pionniers de la sculpture moderne.

place du colonel fabien,pcf,palenque,lorenzo padilla,pierre laurentLes dessins de Jésus Gonzalez De Armas (1934-2002) soutiennent une narration synthétisée, dramatique, de la confrontation entre deux mondes, celui des conquérants européens, appelés "les civilisateurs" et celui des indiens Cubains, comptés alors parmi les moins avancés dans ce vaste continent appelé Nouveau Monde.

De toute beauté cette exposition est à découvrir au siège du PCF, Place du Colonel Fabien....Du 20 septembre au 25 octobre 2014
Espace Oscar Niemeyer, 2, place du Colonel Fabien, 75019 Paris Entré libre du lundi au vendredi de 10h à 18h

palenque2.jpg

18/08/2014

L'EXPRESS ET CUBA : UN COMBAT DE CLASSE !

100_9105.JPGSans "riches" pas de salut !  la cupidité comme moteur de l'économie.
Dans l'Express Christine Kerdellant compare la France à Cuba !
par Michel Taupin

L'Express avec Cuba, c'est comme le Klu Klux Klan avec les noirs américains : une haine viscérale qui voue aux gémonies tout ceux et tout ce qui les dérangent, avec un mépris profond pour les êtres ou les politiques qui s'opposent à eux. Comme le Klu Klux Klan qui revendique la suprématie blanche, l'Express lui revendique la suprématie du capitaliste ultralibéral. Alors on se permet le pire ! Avec l'Express, c'est le lynchage médiatique systématique de Cuba !

En août, c'est la chroniqueuse Christine Kerdellant, journaliste, ancienne directrice du Figaro Magazine, qui s'y colle. Avec un texte intitulé "La France victime du syndrome de Cuba" on peut être sûr que son seul but est de flétrir à la fois la France et Cuba. L'idée de sa chronique est de taxer la France du même immobilisme dans lequel "l'île des Castro" (sic) s'est figée depuis 50 ans. Bref, comme Cuba, "la France est à l'arrêt", "la croissance est en berne", la France ne cesse de dévisser". Comme elle le dit elle-même, "le parallèle est osé". Mais il est bien plus qu'osé, il est imbécile, malhonnête, arrogant, mensonger, crapuleux et indécent.

100_9168.JPGImbécile en effet, quand vous comparez Cuba, un pays pauvre des Caraïbes, à la France, pays riche d'Europe. La Banque Mondiale s'y refuse évidemment tant les ressources, les infrastructures et les disparités géographique, historique, culturelle, démographique et économique sont différentes et le pays étranglé par le blocus étatsunien.

Malhonnête, car vous cachez volontairement à vos lecteurs le blocus criminel que les USA infligent à Cuba depuis 53 ans et qui lui a été (et lui est encore) terriblement dommageable au plan de son développement économique puisque cette vengeance anachronique lui a déjà fait perdre 1100 milliards de USD, sachant que le PIB annuel de Cuba sous blocus s'élève aujourd'hui à environ 80 milliards USD. A quoi il faut ajouter la part de budget importante que Cuba doit consacrer à sa défense pour se préserver des attentats et agressions multiples que le pays subit toujours de la part de l'Empire. N'en parler jamais est à la fois une faute journalistique inexcusable et une véritable escroquerie.

Arrogant, lorsque vous jetez sur Cuba ce regard méprisant et condescendant qu'ont les nantis, installés bien au chaud dans leur appartement cossu du 16ème et que vous jugez, péremptoire, que les cubains n'inventent plus parce qu'on "ne leur permet pas de devenir riches". Pour vous et votre dogme néolibéral, le moteur de l'activité économique ne saurait être autre chose que la cupidité ! Mais Madame Kerdellant, comment faire fortune sinon au détriment de la majorité, par le vol et l'exploitation d'autrui ? Citez moi une autre manière de s'enrichir qui ne fasse pas appel à ces deux là ?

100_9322.JPGMensonger puisque vous affirmez que la croissance cubaine est au point mort. Or c'est tout le contraire, jugez plutôt : la croissance annuelle moyenne du PIB de Cuba a été entre 1971 à 2010 de 3,2% (malgré une chute vertigineuse entre 1988 (3,8%) et 1993 (-15%) due à l'écroulement des échanges commerciaux avec les Pays de l'Est). Elle est remontée dès 1994 pour atteindre 8% en 1996 et, jusqu'en 2012 (derniers chiffres enregistrés par la BM), en net redressement, elle a connu une moyenne de 4,8%. Or, si la croissance moyenne du PIB de la France entre 1961 et 2012 est la même que Cuba (3,2%), de 1996 à 2012, elle n'a été que de 1,57% avec une chute importante en 2008 et 2009... qui continue. Cela signifie que Cuba n'est pas, comme vous l'affirmez, immobile, mais au contraire de la France, un pays qui cherche en permanence à faire évoluer sa démarche révolutionnaire socialiste vers plus d'initiative, d'efficience, d'équité et de bien-être dans la mesure de ses moyens.

Crapuleux, quand vous moquez les transports, effectivement difficiles à Cuba, en ne donnant comme raison à ces difficultés que le fait suivant : "les malheureux cubains ne peuvent s'acheter de voitures individuelles bien trop chères" ! Or la politique éco-socialiste cubaine est tout le contraire de l'individualisme forcené et du consumérisme ravageur qui sont deux des raisons de l'appauvrissement intellectuel et de la dépendance d'un peuple. La priorité du gouvernement cubain est le développement des transports publics accessibles à tous et la préservation de l'environnement. Mais comme vous le savez, elle se heurte au blocus étatsunien et à l'extra-territorialité des lois américaines qui le régissent (crédits bancaires impossibles, paiements comptant obligatoires et prix très élevés), et les empêchent de développer les infrastructures lourdes et d'acheter des véhicules et les pièces de rechange nécessaires à leur entretien.


100_9004.JPGEt les vieilles voitures américaines qui roulent nombreuses à Cuba et qui font frémir votre petit cœur de VRP du capitalisme (elles font désormais partie du patrimoine culturel cubain), subissent le même sort puisque leurs propriétaires ne peuvent se procurer de pièces de rechange. L'entretien de ces monuments historiques est bien le seul domaine d'ailleurs où vous reconnaissez aux cubains de l'imagination et de l'inventivité ! Quant au prix des voitures importées, vous êtes aussi sérieuse qu'un clown dans un cirque : Cuba importe ses véhicules au prix fort (tarif moyen appliqué en local) et les taxes que Cuba prélève, servent à développer et moderniser les transports en commun. Il est évident que le revenu moyen des cubains ne peut leur permettre de se payer des voitures individuelles neuves. Et la frustration des cubains n'est pas tant comme vous l'affirmez, l'impossibilité de s'offrir une bagnole (même si cela flatte l'égo) mais dans le fait que Cuba est empêché par l'Empire de développer et moderniser son réseau de Transports Publics. Ce que vous n'arrivez pas à rentrer dans votre petite tête préformatée d'HEC, c'est que Cuba est socialiste et préfère le partage à l'égoïsme destructeur d'une consommation insatiable.

cuba,espress,économie,sociétéIndécent, quand vous affirmez que les forces vives d'un pays, ce sont "les riches" qui, seuls selon vous, inventent, innovent. Sans les riches dites-vous, point de salut. Par conséquent, les pauvres sont responsables de leur propre indigence puisqu'ils n'ont aucune imagination et n'osent prendre aucun risque. Puis, sentencieuse, vous assénez : "Un pays qui refuse la logique de l'économie de marché, est un pays mort-vivant". Une logique dévastatrice qui plonge une part toujours plus grande de la population française non seulement dans la pauvreté (9 millions) mais de plus en plus dans la misère(2,5 millions) avec parallèlement un nombre de super-riches qui s'accroît, affichant des fortunes indécentes. D'un côté donc une concentration accrue des richesses, de l'autre une explosion de la pauvreté ! Robespierre disait en son temps : "Le fléau des peuples ce sont les riches. L'intérêt du peuple est l'intérêt général, celui des riches est l'intérêt particulier". Rien n'a changé, seules les féodalités sont passées dans d'autres mains. Des féodalités qui nous enfoncent dans l'obscurantisme du Moyen-âge. C'est un dessein inhumain et mortifère.

100_9112.JPGA Cuba, depuis la Révolution, c'est une projet de société autrement plus vivant et humaniste qui est proposé. Une toute autre logique est en œuvre à Cuba, malgré ses faibles ressources et les obstacles mis sur sa route, c'est la logique du partage ! Après le triomphe de la Révolution, les riches capitalistes cubains n'ont jamais voulu partager avec le peuple. Il s'en suivit une série de nationalisations dont les profits ont été enfin redistribués au peuple lui-même. Le socialisme cubain était en marche soutenu par l'une des formes de démocratie les plus avancées, la démocratie participative. Et, comme vous le dites peu et mal, il a permis au pays d'éradiquer la misère et la discrimination raciale, d'éduquer, de soigner, de loger, de cultiver toute la population sans exception.

100_9490.JPGCette logique que vous exécrez tant, a ouvert des droits nouveaux, inconnus jusqu'alors, comme l'égalité des droits hommes-femmes, l'interdiction du travail des enfants, la prise en charge des anciens, le respect de la diversité sexuelle et la défense de l'environnement pour n'en citer que quelques uns.
Cette logique que vous haïssez tant, a permis au peuple cubain de retrouver sa dignité, sa fierté et sa joie de vivre, et a fait de Cuba un pays phare détesté par les cupides mais aimé par tous les humanistes. Imaginez un petit instant, Mme la chroniqueuse, que Cuba ait disposé depuis 1960 de toute sa liberté, de sa souveraineté pleine et entière et de tous les moyens financiers dont les USA l'ont privé depuis 50 ans, imaginez alors ce qu'aurait pu être Cuba aujourd'hui ! C'est la peur de voir le modèle capitaliste KO qui fait que l'Empire refuse de voir cette expérience se développer sans entrave. Cuba résiste parce que son peuple sait depuis longtemps que le système que vous proposez est un leurre et que si le socialisme cubain est perfectible, le peuple dans son immense majorité lui est acquis et ne voudra jamais revenir aux temps d'avant la Révolution. Alors vous enragez.

Vous auriez dit : "Seuls souffrent de l’horreur du monde ceux qui en ont vu la beauté." Je partage cet aphorisme en le précisant : "Voyez la beauté de Cuba et vous souffrirez sans doute plus encore des horreurs de votre monde".

Michel Taupin, Cuba Si

Photos et vidéo E-Mosaïque