Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/08/2014

L'EXPRESS ET CUBA : UN COMBAT DE CLASSE !

100_9105.JPGSans "riches" pas de salut !  la cupidité comme moteur de l'économie.
Dans l'Express Christine Kerdellant compare la France à Cuba !
par Michel Taupin

L'Express avec Cuba, c'est comme le Klu Klux Klan avec les noirs américains : une haine viscérale qui voue aux gémonies tout ceux et tout ce qui les dérangent, avec un mépris profond pour les êtres ou les politiques qui s'opposent à eux. Comme le Klu Klux Klan qui revendique la suprématie blanche, l'Express lui revendique la suprématie du capitaliste ultralibéral. Alors on se permet le pire ! Avec l'Express, c'est le lynchage médiatique systématique de Cuba !

En août, c'est la chroniqueuse Christine Kerdellant, journaliste, ancienne directrice du Figaro Magazine, qui s'y colle. Avec un texte intitulé "La France victime du syndrome de Cuba" on peut être sûr que son seul but est de flétrir à la fois la France et Cuba. L'idée de sa chronique est de taxer la France du même immobilisme dans lequel "l'île des Castro" (sic) s'est figée depuis 50 ans. Bref, comme Cuba, "la France est à l'arrêt", "la croissance est en berne", la France ne cesse de dévisser". Comme elle le dit elle-même, "le parallèle est osé". Mais il est bien plus qu'osé, il est imbécile, malhonnête, arrogant, mensonger, crapuleux et indécent.

100_9168.JPGImbécile en effet, quand vous comparez Cuba, un pays pauvre des Caraïbes, à la France, pays riche d'Europe. La Banque Mondiale s'y refuse évidemment tant les ressources, les infrastructures et les disparités géographique, historique, culturelle, démographique et économique sont différentes et le pays étranglé par le blocus étatsunien.

Malhonnête, car vous cachez volontairement à vos lecteurs le blocus criminel que les USA infligent à Cuba depuis 53 ans et qui lui a été (et lui est encore) terriblement dommageable au plan de son développement économique puisque cette vengeance anachronique lui a déjà fait perdre 1100 milliards de USD, sachant que le PIB annuel de Cuba sous blocus s'élève aujourd'hui à environ 80 milliards USD. A quoi il faut ajouter la part de budget importante que Cuba doit consacrer à sa défense pour se préserver des attentats et agressions multiples que le pays subit toujours de la part de l'Empire. N'en parler jamais est à la fois une faute journalistique inexcusable et une véritable escroquerie.

Arrogant, lorsque vous jetez sur Cuba ce regard méprisant et condescendant qu'ont les nantis, installés bien au chaud dans leur appartement cossu du 16ème et que vous jugez, péremptoire, que les cubains n'inventent plus parce qu'on "ne leur permet pas de devenir riches". Pour vous et votre dogme néolibéral, le moteur de l'activité économique ne saurait être autre chose que la cupidité ! Mais Madame Kerdellant, comment faire fortune sinon au détriment de la majorité, par le vol et l'exploitation d'autrui ? Citez moi une autre manière de s'enrichir qui ne fasse pas appel à ces deux là ?

100_9322.JPGMensonger puisque vous affirmez que la croissance cubaine est au point mort. Or c'est tout le contraire, jugez plutôt : la croissance annuelle moyenne du PIB de Cuba a été entre 1971 à 2010 de 3,2% (malgré une chute vertigineuse entre 1988 (3,8%) et 1993 (-15%) due à l'écroulement des échanges commerciaux avec les Pays de l'Est). Elle est remontée dès 1994 pour atteindre 8% en 1996 et, jusqu'en 2012 (derniers chiffres enregistrés par la BM), en net redressement, elle a connu une moyenne de 4,8%. Or, si la croissance moyenne du PIB de la France entre 1961 et 2012 est la même que Cuba (3,2%), de 1996 à 2012, elle n'a été que de 1,57% avec une chute importante en 2008 et 2009... qui continue. Cela signifie que Cuba n'est pas, comme vous l'affirmez, immobile, mais au contraire de la France, un pays qui cherche en permanence à faire évoluer sa démarche révolutionnaire socialiste vers plus d'initiative, d'efficience, d'équité et de bien-être dans la mesure de ses moyens.

Crapuleux, quand vous moquez les transports, effectivement difficiles à Cuba, en ne donnant comme raison à ces difficultés que le fait suivant : "les malheureux cubains ne peuvent s'acheter de voitures individuelles bien trop chères" ! Or la politique éco-socialiste cubaine est tout le contraire de l'individualisme forcené et du consumérisme ravageur qui sont deux des raisons de l'appauvrissement intellectuel et de la dépendance d'un peuple. La priorité du gouvernement cubain est le développement des transports publics accessibles à tous et la préservation de l'environnement. Mais comme vous le savez, elle se heurte au blocus étatsunien et à l'extra-territorialité des lois américaines qui le régissent (crédits bancaires impossibles, paiements comptant obligatoires et prix très élevés), et les empêchent de développer les infrastructures lourdes et d'acheter des véhicules et les pièces de rechange nécessaires à leur entretien.


100_9004.JPGEt les vieilles voitures américaines qui roulent nombreuses à Cuba et qui font frémir votre petit cœur de VRP du capitalisme (elles font désormais partie du patrimoine culturel cubain), subissent le même sort puisque leurs propriétaires ne peuvent se procurer de pièces de rechange. L'entretien de ces monuments historiques est bien le seul domaine d'ailleurs où vous reconnaissez aux cubains de l'imagination et de l'inventivité ! Quant au prix des voitures importées, vous êtes aussi sérieuse qu'un clown dans un cirque : Cuba importe ses véhicules au prix fort (tarif moyen appliqué en local) et les taxes que Cuba prélève, servent à développer et moderniser les transports en commun. Il est évident que le revenu moyen des cubains ne peut leur permettre de se payer des voitures individuelles neuves. Et la frustration des cubains n'est pas tant comme vous l'affirmez, l'impossibilité de s'offrir une bagnole (même si cela flatte l'égo) mais dans le fait que Cuba est empêché par l'Empire de développer et moderniser son réseau de Transports Publics. Ce que vous n'arrivez pas à rentrer dans votre petite tête préformatée d'HEC, c'est que Cuba est socialiste et préfère le partage à l'égoïsme destructeur d'une consommation insatiable.

cuba,espress,économie,sociétéIndécent, quand vous affirmez que les forces vives d'un pays, ce sont "les riches" qui, seuls selon vous, inventent, innovent. Sans les riches dites-vous, point de salut. Par conséquent, les pauvres sont responsables de leur propre indigence puisqu'ils n'ont aucune imagination et n'osent prendre aucun risque. Puis, sentencieuse, vous assénez : "Un pays qui refuse la logique de l'économie de marché, est un pays mort-vivant". Une logique dévastatrice qui plonge une part toujours plus grande de la population française non seulement dans la pauvreté (9 millions) mais de plus en plus dans la misère(2,5 millions) avec parallèlement un nombre de super-riches qui s'accroît, affichant des fortunes indécentes. D'un côté donc une concentration accrue des richesses, de l'autre une explosion de la pauvreté ! Robespierre disait en son temps : "Le fléau des peuples ce sont les riches. L'intérêt du peuple est l'intérêt général, celui des riches est l'intérêt particulier". Rien n'a changé, seules les féodalités sont passées dans d'autres mains. Des féodalités qui nous enfoncent dans l'obscurantisme du Moyen-âge. C'est un dessein inhumain et mortifère.

100_9112.JPGA Cuba, depuis la Révolution, c'est une projet de société autrement plus vivant et humaniste qui est proposé. Une toute autre logique est en œuvre à Cuba, malgré ses faibles ressources et les obstacles mis sur sa route, c'est la logique du partage ! Après le triomphe de la Révolution, les riches capitalistes cubains n'ont jamais voulu partager avec le peuple. Il s'en suivit une série de nationalisations dont les profits ont été enfin redistribués au peuple lui-même. Le socialisme cubain était en marche soutenu par l'une des formes de démocratie les plus avancées, la démocratie participative. Et, comme vous le dites peu et mal, il a permis au pays d'éradiquer la misère et la discrimination raciale, d'éduquer, de soigner, de loger, de cultiver toute la population sans exception.

100_9490.JPGCette logique que vous exécrez tant, a ouvert des droits nouveaux, inconnus jusqu'alors, comme l'égalité des droits hommes-femmes, l'interdiction du travail des enfants, la prise en charge des anciens, le respect de la diversité sexuelle et la défense de l'environnement pour n'en citer que quelques uns.
Cette logique que vous haïssez tant, a permis au peuple cubain de retrouver sa dignité, sa fierté et sa joie de vivre, et a fait de Cuba un pays phare détesté par les cupides mais aimé par tous les humanistes. Imaginez un petit instant, Mme la chroniqueuse, que Cuba ait disposé depuis 1960 de toute sa liberté, de sa souveraineté pleine et entière et de tous les moyens financiers dont les USA l'ont privé depuis 50 ans, imaginez alors ce qu'aurait pu être Cuba aujourd'hui ! C'est la peur de voir le modèle capitaliste KO qui fait que l'Empire refuse de voir cette expérience se développer sans entrave. Cuba résiste parce que son peuple sait depuis longtemps que le système que vous proposez est un leurre et que si le socialisme cubain est perfectible, le peuple dans son immense majorité lui est acquis et ne voudra jamais revenir aux temps d'avant la Révolution. Alors vous enragez.

Vous auriez dit : "Seuls souffrent de l’horreur du monde ceux qui en ont vu la beauté." Je partage cet aphorisme en le précisant : "Voyez la beauté de Cuba et vous souffrirez sans doute plus encore des horreurs de votre monde".

Michel Taupin, Cuba Si

Photos et vidéo E-Mosaïque

21/07/2014

Cuba parmi les pays avec le plus de législatrices, affirme la députée en France

mariela-castro.jpg Cuba a beaucoup avancé dans le sujet d’émancipation de la femme étant le troisième pays au monde avec une plus large présence féminine au Parlement, a affirmé la députée Mariela Castro en France.

a précisé l’aussi directrice du Centre national d’éducation sexuelle (Cenesex) que les femmes membres du parlement représentent 48,36 % dans l’Assemblée nationale du pouvoir populaire : il y a souvent plus de femmes que des hommes dans des espaces de direction.

Elle a expliqué que la lutte pour l’émancipation, entreprise par la Fédération des femmes cubaines (FMC), n’a jamais mis de côté l’homme, au contraire, celle-ci apporte des éléments importants au débat pour que nous soyons tous capables de transformer la culture patriarcale héritée des systèmes coloniaux et néo-coloniaux.

La directrice du Cenesex a pris part ici accompagnée d’un groupe de cet organisme dans un colloque international sur Genres, cultures et société, où l’on a réfléchi au sujet de la transsexualité.

Cet événement, qui a commencé à avoir lieu en 2010 à la Havane et en France alternativement, est axé sur l’aspect social et compte su la présence des psychologues, sociologues, philosophes, artistes et membres de la société civile.

Mme. Castro a indiqué que dans le nouveau code de travail, approuvé en 2013, il existe une loi de défense des droits de travail, sans aucun type de discrimination à l’égard de l’orientation sexuelle et l’identité de genre.

Source: Prensa Latina

23/05/2014

Écho de la dernière poubelle anti-castriste

castro.jpgAprès "La face cachée du Che", L’Express publie cette semaine des extraits d’un livre intitulé "La vie cachée de Fidel Castro". L’objectif consiste – une fois encore – de tenter de ternir l’image du dirigeant cubain. Explications.

 Il s’agit, nous affirme-t-on, des confidences du lieutenant colonel Juan Reinaldo Sanchez, ancien garde du corps du dirigeant cubain, recueillies par Axel Gyldén de l’hebdomadaire dirigé par Christian Barbier.

On nous annonce des « révélations » tellement « explosives » qu’elles font saliver dans son blog Paulo A. Paranagua, journaliste au Monde , un ancien pistolero repenti et retourné dans la haine des régimes progressistes latino-américains. L’objectif consiste – une fois encore – de tenter de ternir l’image de Fidel Castro : maison secondaire démesurée dans une île paradisiaque, implication de la famille Castro dans des affaires d’argent, surveillance tous azimuts etc… La suite d’un feuilleton commencé il y a un peu plus d’un demi siècle. Rien de nouveau. Pourtant, un arrêt sur le personnage, le sulfureux Sanchez, peut aider à comprendre.

Le journaliste de « l’Express » n’a fait que prendre la suite de la presse anticastriste et surtout de la télévision Americateve, une officine de la CIA, qui a consacré plusieurs émissions au Sanchez en question au cours desquelles, il assurait avoir vu de l’or et des diamants chez Fidel, des garde du corps chargés de donner leur sang… Le Sanchez en a tant fait et tant dit qu’à l’époque plusieurs sites anticastristes basés à Miami et en Espagne réagissaient en regrettant que « le menteur » fasse rire tout le monde mais pleurer ceux qui luttent « contre la dictature » , car ridiculisés.

Et lorsque l’impétrant assure avoir fait deux ans de prison « pour avoir voulu prendre sa retraite », c’est l’hilarité générale, un des rédacteurs affirmant avoir rencontré Sanchez dans une boîte de nuit de la Havane contrôlée par l’Etat cubain échangeant avec des officiels et concluant : « c’est un infiltré ».

Les éditions Lafon et Axel Gyldéen sont tombés dans le panneau. Peu importe. Mais le choix de publier un tel ouvrage en ce moment même a une signification : alors que des frémissements sont perceptibles aux Etats-Unis pour mettre fin au blocus économique de la Grande Ile et alors que l’Union européenne décide de renouer avec Cuba, les milieux hostiles à une telle perspective tirent dans tous les sens en utilisant tous les canaux : les éditions Lafon, par exemple.

José Fort, pour l'Humanité

- See more at: http://www.humanite.fr/node/533028#sthash.pDIksDWN.dpuf

LIRE EGALEMENT L'ARTICLE DE JEAN ORTIZ, UNIVERSITAIRE SUR LE MEME SUJET EN CLIQUANT SUR CETTE LIGNE

10:31 Publié dans Actualités, AL-Pays : Cuba, France, Livre, Médias | Tags : cuba, castro, l'express, livre, caricature | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

19/05/2014

Conséquences pour les entreprises françaises du blocus de Cuba par les États-unis

chassaigne.jpgM. André Chassaigne interroge M. le ministre des affaires étrangères et du développement international sur les conséquences pour les entreprises françaises du blocus de Cuba par les États-unis.

Pour exemple, BNP Paribas est menacée par les autorités américaines de lourdes sanctions financières pour avoir effectué des transactions liées à des activités commerciales avec Cuba. Après d’autres, la banque française se heurte aux effets de l’embargo américain, utilisé comme moyen de pression pour changer le système politique cubain. L’obligation de se fournir sur des marchés lointains entraîne en effet des surcoûts exorbitants, au détriment du quotidien du peuple cubain.

Cet embargo pénalise depuis plus d’un demi-siècle les entreprises étrangères qui veulent travailler avec la République populaire de Cuba.

L’embargo est aussi financier : la traque contre les transactions financières internationales cubaines est un des traits dominants de l’application du blocus. Cuba ne peut effectuer des transactions internationales en dollars ni détenir de compte dans cette monnaie dans les banques de pays tiers. Consolidé depuis 1962 par un empilement de législation (dont les lois Torricelli de 1992 et Helms-Burton de 1996), le blocus américain entrave d’autant plus l’économie cubaine qu’il a une application « extraterritoriale », c’est-à-dire qu’il concerne des entreprises non américaines travaillant hors du territoire américain. L’État cubain et sa population ne peuvent pas acquérir des biens dont au moins 10 % des composants sont américains, ce qui les prive d’un grand nombre de produits incorporant de la technologie américaine, notamment informatique.

Ainsi, sur le sol français, l’ambassade de Cuba à Paris a été dans l’impossibilité de faire procéder à la maintenance puis au remplacement de ses ascenseurs par une entreprise européenne et a dû faire appel à un fournisseur asiatique. À cause du blocus, les entreprises qui veulent travailler à Cuba doivent bénéficier de l’appui de leur État avec des cautions financières plafonnées, comme c’est le cas en France avec la Coface. Mais elles sont ensuite interdites de relations commerciales avec les États-unis.

L’assemblée générale des Nations-unies a condamné l’embargo à de multiples reprises. Les diplomates européens en poste dans l’île dénoncent les procédures lancées contre les banques européennes.

Les banques françaises ont cependant dû fermer leurs agences cubaines et interrompre toutes leurs relations avec l’île. Il l’interroge sur les actions entreprises par la France pour la levée de cet embargo et pour s’opposer à l’ingérence d’un État tiers sur les relations financières et économiques de notre pays avec la République populaire de Cuba.

Il lui demande de condamner ce blocus illégal imposé au peuple cubain et d’exiger publiquement sa levée.


Question N° : 55442 Question publiée au JO le : 13/05/2014 page : 3756


15:45 Publié dans Actualités, AL-Pays : Cuba, Amérique Latine, France, Politique, USA | Tags : chassaigne, embargo, cuba, usa | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg