Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/05/2013

PEUT ON ETRE FEMME, BELLE, SPORTIVE ET MINISTRE DES SPORTS ?

ministresport.jpgAu Vénézuela et en Espagne la nomination par le président Nicolas Maduro de Alejandra Benitez ministre des Sports a déclenché une vague sexiste de grande ampleur de la part de nombreux journaux.

Certains comparent même Maduro à Berlusconi à cette occasion et pensent que sa nomination n’est due qu’à sa beauté, argument jamais utilisé pour les hommes politiques.

Pourtant la promotion pour l'ancienne athlète et championne vénézuélienne Alejandra Benitez ne peut être une grande surprise.

Cette escrimeuse qui a participé à trois olympiades (Athènes 2004, Pékin 2008 et Londres 2012) et a été promue 32 ans, ministre des Sports du nouveau gouvernement vénézuélien formé suite à l'élection du président Nicolás Maduro le 14 avril dernier est députée de Caracas depuis plusieurs années et à ce titre a participé au côté de Hugo Chavez à la vie politique de son pays en tant qu’experte sportive.

En France de nombreux ancien champions olympiques comme Guy Drut ont été nommés ministres des sports sans que cela soulève polémique.

Ce qui est reproché à la nouvelle ministre des sports du Vénézuella et d’être considérée comme l'une des plus jolies sportives au monde, et de s’être rendue célèbre en posant pour plusieurs marques lors de sa carrière.

La nouvelle ministre a commenté à juste raison sa nomination sur son compte Twitter ainsi : "Efficacité ou Rien ! Aujourd'hui un nouveau défi se présente à moi et je vais m'y atteler avec autant d'engagement que celui de l'athlète qui défend sa patrie coûte que coûte !"

20/03/2013

FOOT : À Cuba, les investissements portent leurs fruits

footcuba.jpg

Pour la première fois, Cuba a validé son ticket pour la phase finale de la Coupe du Monde U-20 de la FIFA, grâce à sa superbe victoire 2:1 sur le Costa Rica, mardi 26 février, en quart de finale du tournoi qualificatif de la CONCACAF pour Turquie 2013.

Ce succès, qui permet à Cuba d'accéder à la dixième phase finale de compétition FIFA de son histoire, n'est pas le fruit du hasard, mais bien le résultat d'un long processus de développement. "C'est une immense réussite pour tout le sport cubain. Cette qualification récompense dix années de travail mené en concertation avec le gouvernement cubain, qui nous a aidés à amener à maturité cette merveilleuse génération de joueurs. C'est un rêve d'aller en Turquie, où la concurrence sera très relevée", se félicite le Président de la Fédération cubaine de football, Luis Hernández.

"J'ajoute que le soutien de la FIFA a été déterminant. Depuis 1998, nous collaborons étroitement avec la FIFA, qui nous a permis de développer divers projets d'infrastructure et de formation. Cela a contribué à donner une identité à notre football", ajoute-t-il.

Investissements infrastructurels
Depuis 1999, la FIFA a investi plus de 5,1 millions de dollars US dans le développement du football cubain, répartis de la façon suivante : plus de 4 millions via le programme d'assistance financière, 800 000 dollars par le biais des projets Goal 1 et 2, et 300 000 dollars à travers l'initiative "Gagner dans la CONCACAF avec la CONCACAF", qui a favorisé la fourniture d'équipements et l'intervention de spécialistes. Ce n'est pas tout : au cours des sept dernières années, 14 programmes éducatifs ont été conduits dans les domaines du football féminin, de l'arbitrage, du futsal et du football amateur grâce à l'appui logistique de la FIFA.

Tous ces investissements se sont traduits par des projets concrets, comme la rénovation du siège de la Fédération cubaine, réalisée dans le cadre du programme Goal 1 en 2001. Au bâtiment ont été ajoutés un terrain en gazon naturel, une résidence, une équipe médicale et une salle de conférence avec bibliothèque. Les fonds affectés au programme Goal 2 ont servi à finaliser le centre technique national, doté d'un centre de formation, et à financer son système d'éclairage. D'autres projets Goal, comme l'installation d'un terrain en gazon artificiel au stade La Polar, ont été validés et seront mis en place à court terme.

Si Cuba, absent de la grande scène mondialiste depuis 1938, ne disputera pas le tournoi à six final qui désignera les représentants de la CONCACAF à la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™, l'avenir s'annonce tout de même prometteur. "Pour continuer à progresser, nous avons fixé des étapes à atteindre. En Turquie, nous donnerons le maximum. Mais n'oublions pas notre sélection U-17, qui s'est qualifiée pour le Championnat de la CONCACAF en avril prochain", ajoute Hernández, avec en ligne de mire la Coupe du Monde de la catégorie qui se déroulera en automne prochain aux Émirats Arabes Unis.

"Comme le veut notre rôle d'instance dirigeante, nous avons élaboré plusieurs programmes afin de contribuer le plus efficacement possible au développement de nos associations membres. À Cuba, nous nous sommes concentrés sur les aspects infrastructurels et éducatifs. Nous nous réjouissons du progrès observé et nous serons heureux de continuer à appuyer le développement du football cubain", conclut le Directeur de la Division Associations membres et Développement de la FIFA, Thierry Regenass.

Article FIFA

 

16:53 Publié dans Amérique Latine, Loisirs, Sport | Tags : foot, cuba, sport | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg